Genuis RC, l’excellence à échelle réduite Le modéliste, sa femme et sa muse

Rédacteur: Gilles Bordet

>> Implantée dans les environs d’Udine, dans le nord-est de l’Italie, le client Haas Modeltek est une entreprise de modélisme automobile prospère, de renommée internationale, desservant les passionnés professionnels et amateurs du monde entier. Et le fait que les voitures et pièces produits par la société soient réalisés à une échelle un cinquième ne rend aucunement les accomplissements de cette société moins impressionnants.

Fournisseurs liées

Basée en Italie, la société Modeltek produit des voitures de courses RC à l'échelle 1:5. Ses produits sont reconnus et appréciés des professionnels comme des amateurs à travers le monde et vendus sous la marque Genuis RC.
Basée en Italie, la société Modeltek produit des voitures de courses RC à l'échelle 1:5. Ses produits sont reconnus et appréciés des professionnels comme des amateurs à travers le monde et vendus sous la marque Genuis RC.
(Image : Haas Automation)

Même lorsque sa femme est présente, le fondateur de Modeltek, M. Zeno Noacco, admet volontiers être « marié » à ses quatre machines-outils CNC Haas. Mais cela ne semble pas le moins du monde contrarier la directrice de la société, Paola, et ce en dépit de l’emploi fréquent par son époux de termes tels que amour et passion pour décrire ses sentiments à l’égard des machines.

« La première fois que je l’aie vue, c’était à un salon professionnel, » se souvient-il, relatant sa rencontre, non avec Mme Noacco, mais avec la première Super Mini Mill de Haas. « J’ai immédiatement aimé la simplicité de la machine et la commande était très facile à utiliser. Comme je n’avais aucune expérience dans l’usinage CNC, j’avais peur d’acheter une machine et de ne pas savoir m’en savoir. »

Galerie d'images

Au final, ses craintes se sont révélées infondées. « Je m’étais dit que j’allais essayer et que si jamais ça ne fonctionnait pas, je revendrais la machine pour revenir à ce qu’on faisait avant, à savoir envoyer nos pièces à un sous-traitant. Je suis heureux de l’avoir gardée. Je trouve que c’est un produit formidable. Au bout de quelques semaines, j’avais entièrement pris confiance et je connaissais toutes les fonctions et capacités de la machine. »

5 fois plus petites mais aussi nées pour la victoire

Les voitures de course « professionnelles » produites à l’échelle 1:5 de Modeltek, vendues sous le nom Genius RC, coûtent environ 2 000 €. Chaque maquette est une réplique minutieuse d’un modèle pleine échelle, mais avec des différentiels, des boîtes de vitesses, des systèmes de freins à disque hydrauliques, des arbres de transmission et des suspensions conçus et réalisés sur mesure. Toutes les pièces sont créées selon des critères spécifiques stricts (taille, poids, matériaux, etc.), qui sont établis par l’organisme régissant la discipline : la fédération européenne de radio-modélisme automobile (European Federation of Radio Operated Automobiles, EFRA).

Avant de lancer sa société, Zeno passait ses week-ends avec ses amis sur les pistes de course, à faire concourir les maquettes réalisées par leurs soins pendant leur temps libre. Bien sûr, comme l’histoire nous le prouve maintenant, les modèles construits par Zeno étaient exceptionnels. Tellement exceptionnels que ses homologues (entendez, concurrents) lui demandaient régulièrement de réaliser les pièces de leurs voitures.

« Petit à petit, j’ai commencé à modifier et fabriquer quelques-unes des pièces simples de mes voitures. Au final, j’ai quasiment réalisé toutes les pièces, pas uniquement pour mes voitures mais aussi pour toutes les personnes intéressées. »

Grâce à Internet et à la communauté très unie des amateurs de courses de modélisme, les clients de Zeno ont pu suivre facilement son activité, et les commandes ont commencé à affluer. « C’est un marché de niche, » explique-t-il, « ce qui signifie que les volumes de production ne sont pas gigantesques, même si nous vendons dans le monde entier. Aujourd’hui, nous réalisons toutefois environ 400 voitures complètes par an : le modèle « Touring », conçu pour ressembler à une BMW, une Mercedes ou une Alfa Romeo, et le modèle « F1 ». »

Compte tenu de sa grande satisfaction des performances de la Haas Super Mini Mill, Zeno n’a pas eu besoin de chercher bien loin pour ses machines CNC suivantes. « Nous avons ensuite acheté un centre Haas VF-2SS, un VF-3SS et un VF-2 standard, » énumère-t-il. « Aujourd’hui, nous avons quatre machines Haas et un opérateur dédié parfaitement formé, M. Clemente Pocovaz. Plus besoin de passer par des sous-traitants ou d’acheter des pièces, à l’exception du moteur (qui vient du Japon) et de la coque en fibre de verre. »

Dans une zone d’assemblage adjacente à l’atelier d’usinage, un établi accueille plusieurs châssis à différents états de construction. Les pièces, dont un embrayage centrifuge magnifiquement miniaturisé, ressemblent à s’y méprendre à celles qui équipent les bolides réels, et se comportent très similairement.

S'abonner à la newsletter maintenant

Ne manquez pas nos meilleurs contenus

En cliquant sur „S'abonner à la newsletter“, je consens au traitement et à l'utilisation de mes données conformément au formulaire de consentement (veuillez développer pour plus de détails) et j'accepte les Conditions d'utilisation. Pour plus d'informations, veuillez consulter notre Politique de confidentialité.

Dépliez pour les détails de votre consentement

« À l’instar des ingénieurs qui conçoivent les véhicules pleine échelle, nous commençons tout projet par un peu de maths, » explique Zeno. « Par exemple, pour un nouveau différentiel autobloquant, nous déterminons les forces générées par le moteur, ainsi que la puissance totale désirée de la voiture, puis nous utilisons ces chiffres pour créer les pièces, en veillant au poids, aux dimensions, etc. »

Les pièces du prototype final sont conçues sur un système de CAO, puis usinées sur les machines Haas. C’est un processus complexe qui donne naissance, si les chiffres sont corrects, à des créations en acier, titane et aluminium, dont la plupart s’apparentent à de la joaillerie et sont aussi précises que les pièces d’horlogerie d’une montre.

« Nous comptons beaucoup de petites pièces, généralement usinées sur la Super Mini Mill, » poursuit Zeno. « Mais nous avons aussi des pièces comme le plancher du châssis, c’est-à-dire la plaque sur laquelle repose tout le reste. Elle fait pratiquement 700 mm de long, ce qui explique pourquoi nous avons besoin du VF-3. En fait, d’un point de vue taille, ce sont les machines VF-2SS et VF-3SS qui nous conviennent désormais le mieux, de par leur table généreuse et leur flexibilité permettant de réaliser aussi bien des petites que des grandes pièces. Les lots de production tournent habituellement autour de 200 exemplaires, que nous sommes capables de réaliser en moins de huit heures. »

Une mise au point digne de la F1

Une fois toutes les pièces du prototype assemblées pour former un véhicule complet, la phase d’essai peut commencer.

« Nous construisons cinq modèles opérationnels pour l’équipe de course, » poursuit Zeno. « Sur un an de temps, nous retouchons et affinons la nouvelle voiture jusqu’à ce que nous obtenions un résultat entièrement satisfaisant et le plus proche possible du poids minimal de 10 kilos. »

À de multiples aspects, l’univers de la course de modélisme à grande échelle est très semblable au monde de la course réelle. « Parallèlement à notre activité de fournisseur de voitures et pièces, nous possédons une équipe de course, » déclare Zeno : « Genius Racing ! Nous avons également construit juste à côté une piste d’une valeur de deux millions d’euros, équipée de télémétrie. Nous voyageons dans toute l’Europe et le reste du monde. Nous comptons de nombreux adeptes parmi les constructeurs automobiles. J’ai par exemple beaucoup d’amis chez Ferrari, et tout le monde prend ça très au sérieux. Mais cela ne nous empêche pas de beaucoup nous amuser. » Après tout, pour la plupart des gens, il s’agit d’un passe-temps.

Mais pour Modeltek et ses quatre employés, c’est une autre histoire. « Nous avons beau être une petite société, nous voyons grand, maintenant que nous avons développé de bonnes compétences en conception et usinage, et pourquoi pas une collaboration avec la Force aérienne italienne. Ce serait passionnant mais pour le moment, nous n’avons guère le temps de nous consacrer à autre chose que les voitures de modélisme. Parfois, nous avons l’impression de travailler 24 heures sur 24 ! »

Et quand vous passez la majeure partie de votre journée à piloter des machines-outils CNC, la vie est plus douce si les machines en question sont faciles à utiliser et si vous les aimez – beaucoup.

« J’avoue que je suis un peu amoureux de la marque Haas et de ses machines, » confesse Zeno Noacco. « Elles sont abordables, faciles à manœuvrer et fiables. En fait, je ne pense pas que nous aurions lancé cette société si nous n’avions pas découvert Haas. » <<

(ID:44052084)