Le Lean Manufacturing

Le Lean : la performance par le bon sens ?

| Rédacteur: Jean-René Gonthier

Les 8 gaspillages (MUDA), soit les rebuts, la surproduction, les transports, le déplacement, les stocks, le processus, l'attente et les compétences des collaborateurs.
Galerie: 9 photos
Les 8 gaspillages (MUDA), soit les rebuts, la surproduction, les transports, le déplacement, les stocks, le processus, l'attente et les compétences des collaborateurs. (Image: Antonio Stagno)

>> «Par ma foi ! il y a plus de quarante ans que je dis de la prose sans que j’en susse rien, et je vous suis le plus obligé du monde de m’avoir appris cela» (note 1). Faisons-nous du Lean sans le savoir ? Et sinon, si nous appliquions les bonnes règles, quelles performances pourrions-nous escompter ? Pourrions-nous réellement augmenter drastiquement notre taux de service client, tout en réduisant nos capitaux immobilisés en encours et en stocks ?

Un article proposé par Antognio Stagno, CEO de Xtenso Sàrl.

Pour comprendre le «Lean», commençons par définir la notion de Performance pour une entreprise industrielle ou de service (note 2). Il y a autant de définitions de la Performance qu’il y a d’interlocuteurs. Néanmoins, il est généralement admis que la performance est définie par le triptyque prix, qualité, délai.

Performance

Dans cet article, nous nous intéressons à la manière dont le Lean permet d’améliorer les performances du point de vue du délai, tout en sachant que les deux autres axes revêtent une importance aussi importante pour le client et que le Lean offre une palette d’outils très efficace pour les traiter.

Délai

Le délai, est le temps qui s’écoule entre la passation d’une commande et la réception des produits. Il est compétitif s’il satisfait le client. Or, le client a généralement deux exigences d’importance équivalente : la fiabilité et la vitesse du délai. Le délai est intimement lié au temps de passage, i.e. au temps qui s’écoule entre le premier traitement de la commande et le dernier. De manière synthétique, le temps de passage est défini par deux grandeurs : la moyenne (µ) et l’écart-type (σ).

L’entreprise qui souhaite fiabiliser ses délais, doit réduire l’écart-type des temps de passage (de σ à σ' : Figure 2), et celle qui souhaite améliorer la vitesse de ses Délais, doit réduire la moyenne des temps de passage (de µ à µ' : Figure 3). Il y a de nombreux avantages à fiabiliser le temps de passage. Tout d’abord, l’entreprise peut mieux maîtriser ses encours et donc ses capitaux immobilisés (l’encours est proportionnel au temps de passage). Elle peut mieux suivre l’avancement de ses productions et fournir à ses clients des informations plus fiables sur les livraisons à venir. Elle peut également mieux se synchroniser avec ses propres fournisseurs et réduire par là-même les risques de rupture d’approvisionnement. La fiabilité du «Délai» permet finalement au «client» de s’organiser vis-à-vis de ses propres clients et de manière annexe de se rassurer sur la qualité des processus de production mis en œuvre par son Fournisseur. La réduction du temps de passage quant à elle, permet à l’entreprise non seulement d’être plus rapidement sur le marché, mais elle lui permet de réagir plus vite aux changements de la demande, notamment en période de forte croissance ou de décroissance (crise).

Pour compléter ce thème
 
A propos de l'auteur

Contenu de l'article:

Ajouter un commentaire

copyright

Cette contribution est protégée par le droit d'auteur. Vous voulez l'utiliser pour vos besoins ? Contactez-nous via: support.vogel.de/ (ID: 42305340 / Formation)