Rétrospective Swisstech/Prodex 2016 : DC Swiss SA

Le couteau suisse du taraudage

| Auteur / Rédacteur: Gilles Bordet, rédacteur MSM / Gilles Bordet

Le tourbillonneur ZBGF de DC Swiss permet le perçage du trou et le tourbillonnage du filet avec un seul et même outil.
Galerie: 2 photos
Le tourbillonneur ZBGF de DC Swiss permet le perçage du trou et le tourbillonnage du filet avec un seul et même outil. (Image : DC Swiss SA)

Avec son outil multifonctions ZBGF, DC Swiss prouve une fois de plus son expertise exceptionnelle dans le domaine du taraudage et du micro-taraudage. Ce tourbillonneur-perceur est dédié aux taraudages métriques (M3 à M16), UNC et UNF.

Autre nouveauté chez DC SwissDC Swiss, l'arrivée d'une gamme de fraises en carbure monobloc low cost. Les fraises FIT sont disponibles en 2 et 3 x D en Type N, pour l'usinage de l'acier, l'inox, la fonte, le titane avec des diamètres compris entre 4 et 20 mm. Sur son stand de la Prodex, l'entreprise a aussi mis en avant son accréditation SCS pour la mesure et l'étalonnage des jauges de filetage. Ce service est dédié aux micros-filetages de diamètres 0,1 à 3 mm pour la mesure du diamètre sur flancs.

Pascal Forrer, Directeur des ventes et du marketing chez DC Swiss SA revient sur ce salon incontournable pour l'industrie MEM :

Quelles nouveautés avez-vous présenté cette année ?

Pascal Forrer : Nous avons introduit un Tourbillonneur-Perceur nommé ZBGF. Cette fraise circulaire permet à l’utilisateur de réaliser le perçage ainsi que le filetage avec un outil et en un seul passage. L’avantage est que cet outil peut travailler jusqu’à 3 x D de profondeur filetée dans une large palette de matières : aciers conventionnels, haute résistance jusqu’à 55HRC, aciers inoxydables, titane, fonte, cuivre ou aluminium ; la polyvalence est impressionnante !

Avez-vous constaté une reprise des commandes dans votre secteur ?

Pascal Forrer : DC Swiss offre plus de 6'000 outils de filetage standards, allant de 0.3 à 160mm de diamètre. Ce large programme nous permet d’offrir une solution à toutes les industries modernes. Grâce à cette diversification nous pouvons orienter nos forces dans des secteurs tels que l’aérospatial, le médical ou l’automobile, des industries qui sont moins affectées par la conjoncture actuelle.

Industrie 4.0 était le thème phare de ce salon. Avez-vous observé un changement de tendance en lien avec cette nouvelle manière de produire?

Pascal Forrer : Si nous parlons de « performance outils », l’industrie ne demande pas uniquement de la durée de vie. La performance d’un outil technologique est aussi mesurée par d’autres facteurs. Notamment la sécurité de processus : une solution indépendante, autonome et surtout fiable. Le taraudage représentant souvent la dernière opération dans la pièce à usiner, le facteur risque prend une importance énorme.

Quel Bilan tirez-vous de votre participation à Prodex ?

Pascal Forrer : Bonne fréquentation, public varié et des entretiens intéressants. Nos statistiques internes montrent malheureusement un léger recul de la fréquentation des visiteurs francophones par rapport à l’édition 2014. Les raisons ne nous sont pas connues, mais nous espérons que la PRODEX reste une exposition nationale pour une clientèle de toute origine linguistique. MSM

Ajouter un commentaire

copyright

Cette contribution est protégée par le droit d'auteur. Vous voulez l'utiliser pour vos besoins ? Contactez-nous via: support.vogel.de/ (ID: 44429361 / Vie des entreprises)