Économie circulaire et industrie « L'avenir sera circulaire »

de Pirmin Schilliger & Urs Steiger / regioS N°22 2022

Related Vendors

Comment intégrer la circularité dans l'économie et la société et la promouvoir spécifiquement comme un modèle de développement durable porteur d'avenir ? Quelles opportunités particulières offre-t-elle à l'économie régionale ? Marie-Amélie Dupraz-Ardiot, sustainability manager et responsable de la Stratégie de développement durable du canton de Fribourg, Antonia Stalder, directrice de Prozirkula, ainsi que Tobias Stucki, professeur d'économie et codirecteur de l'Institut Sustainable Business de la Haute école spécialisée bernoise, département gestion répondent à ces questions.

L'avenir sera circulaire.
L'avenir sera circulaire.
(Source : Mees Groothuis / Pixabay)

L'économie circulaire est un concept assez ancien. En Suisse, la campagne de la Confédération sur les déchets en avait déjà abordé certains aspects dans les années 1990. Pouvons-nous donc aujourd'hui nous fonder sur ce qui existe ou repartons-nous de zéro ?

Marie-Amélie Dupraz-Ardiot : Le concept d'économie circulaire est aujourd'hui plus essentiel que jamais. Nous pouvons certes nous fonder sur ce qui existe, mais nous devons en faire nettement plus que jusqu'à présent. Nous ne pouvons pas aborder uniquement le recyclage, mais nous devons développer une perspective plus large où des thèmes comme éviter les déchets, réparer et réutiliser jouent un grand rôle.

Tobias Stucki : En général, nous avons encore trop peu intériorisé le raisonnement par cycles. Il faut réintégrer cette pensée dans nos esprits comme c'était la norme autrefois et comme c'est la norme aujourd'hui encore dans les pays pauvres. Un étudiant de Cuba a remarqué lors d'un cours : « L'économie circulaire, c'est comme nous vivons chez nous. »

Galerie d'images
Galerie d'images avec 5 images

Antonia Stalder : Il y a aussi chez nous un point d'ancrage, au moins historique. Les participants à nos formations racontent chaque fois que leurs grands-parents géraient encore leur maison de cette façon. Ils huilaient par exemple leurs meubles deux fois par mois pour pouvoir les utiliser le plus longtemps possible. D'une façon ou d'une autre, nous avons oublié cette gestion soigneuse. Nous ne nous intéressons plus à construire des objets de qualité durable et à les entretenir en conséquence. L'économie circulaire n'est effectivement pas seulement une question de recyclage, mais de valeurs. Celles-ci reposent sur le fait que les objets ne doivent pas simplement être neufs et chics, mais être d'assez bonne qualité pour être utilisés plusieurs fois et réparés sans limite, tout en paraissant encore plus beaux que les nouvelles acquisitions.

Où en est aujourd'hui la mise en œuvre par rapport à l'objectif à long terme d'une économie circulaire axée systématiquement sur les ressources renouvelables et réutilisables ?

Marie-Amélie Dupraz-Ardiot : Nous sommes encore très loin de l'objectif à long terme. Nous avons besoin d'une nouvelle façon de penser pour pouvoir mettre en œuvre l'économie circulaire. Tant que rien ne se passe dans nos têtes, les flux de matières ne cesseront pas d'augmenter dans notre économie. Nous devons nous rappeler tout ce que nous aurions pu apprendre de nos grands-parents.

Antonia Stalder : Dans la construction, nous utilisons par exemple chaque mois la quantité de matériaux qui permettrait de recréer la ville de New York de toutes pièces. Selon des pronostics, rien de décisif ne changera dans ce domaine d'ici à 2050.

Tobias Stucki: Nous venons de réaliser avec l'epfz un sondage représentatif auprès d'entreprises de Suisse. Les résultats montrent que seules quelque 10 % des entreprises se préoccupent déjà réellement de l'économie circulaire. Environ 40 % des entreprises n'ont, en revanche, mis en œuvre aucune mesure au cours des dernières années pour accroître la durabilité écologique.

Est-il d'ailleurs possible de mettre en œuvre l'économie circulaire en Suisse, vu que son économie est extrêmement intégrée dans les chaînes globales de création de valeur ? Comment les entreprises peuvent-elles s'organiser pour devenir circulaires ?

Tobias Stucki : La transformation circulaire présuppose dans la plupart des cas que l'on réfléchisse à toutes les chaînes d'approvisionnement et qu'il faille les réorganiser, en partie avec de nouveaux partenaires. La logistique n'est pas le problème majeur. Le véritable défi réside dans les produits eux-mêmes. La question centrale est de savoir quels matériaux et quelles substances il faut utiliser dans quels produits.

Antonia Stalder : Je ne crois pas que nous pourrons encore nous permettre à l'avenir les chaînes globales de création de valeur avec toutes leurs charges logistiques et à cette échelle. Aujourd'hui, nous produisons – le mot le dit – le long de chaînes, dites chaînes de création de valeur, qui sont linéaires en soi et non circulaires. Nous ne pourrons pas éviter à l'avenir de reconditionner, de réparer et de partager bien davantage de produits et d'appareils dans un cadre régional et local. Si au contraire nous développons encore nos transports globaux de marchandises, de gros problèmes nous attendent.

Tobias Stucki : En fin de compte, la mise en œuvre d'une économie circulaire efficiente nous met face à un compromis : d'un côté, il est évidemment logique de fermer les cycles le plus localement possible ; de l'autre ce n'est pas toujours possible techniquement. Nous aurons besoin à l'avenir d'une combinaison de cycles de création de valeur locaux, régionaux et globaux.

Comment évaluez vous, Madame Dupraz, les nécessités et les possibilités d'introduire l'économie circulaire dans notre système ?

Marie-Amélie Dupraz-Ardiot : L'économie circulaire deviendra tôt ou tard une part essentielle de l'économie, car elle est un facteur décisif de réduction des coûts et de compétitivité. Elle contribue en outre à la résilience, à une époque où les prix des matières premières augmentent rapidement et où il y a des goulets d'étranglement dans les chaînes d'approvisionnement. Vue sous cet angle, l'économie circulaire devient de plus en plus un facteur de résistance économique d'une région.

En existe-t-il un exemple réussi ?

Marie-Amélie Dupraz-Ardiot : Dans le canton de Fribourg, nous avons développé une stratégie agroalimentaire qui se concentre beaucoup sur la mise en œuvre d'une économie circulaire régionale et sur la mise en réseau des acteurs. Une des idées directrices est de recycler la biomasse secondaire.

Où se situent les points vraiment cruciaux de la mise en œuvre ?

Antonia Stalder : Pour les achats publics par exemple, le point crucial réside dans la complexité. Notre conseil essaie de la réduire à un niveau intelligible. Le besoin de ce type de conseil est important surtout dans les petites structures. Un canton dispose peut-être encore des ressources nécessaires, mais une commune est rapidement dépassée par cette question. Il manque certainement d'instruments pratiques de mise en œuvre. Je pense à des listes de contrôle, à des critères d'adjudication obligatoires, à des bases de décision claires, etc. Le conseil et le centre de compétences de Prozirkula entendent y apporter une contribution.

S'abonner à la newsletter maintenant

Ne manquez pas nos meilleurs contenus

En cliquant sur „S'abonner à la newsletter“, je consens au traitement et à l'utilisation de mes données conformément au formulaire de consentement (veuillez développer pour plus de détails) et j'accepte les Conditions d'utilisation. Pour plus d'informations, veuillez consulter notre Politique de confidentialité.

Dépliez pour les détails de votre consentement

Tobias Stucki : Les défis de l'économie privée sont analogues à ceux des marchés publics : les responsables connaissent certes, dans une certaine mesure, le concept d'économie circulaire, mais la mise en œuvre dans leurs propres entreprises s'avère difficile. Il n'existe guère de solutions standard à cet effet. La plupart du temps, il n'est pas simple de développer l'approche individuelle demandée. À cela s'ajoute que la transition vers l'économie circulaire implique des coûts qu'il s'agit de financer.

Marie-Amélie Dupraz-Ardiot : Au niveau cantonal, nous avons certes les ressources pour développer le cadre stratégique, mais les connaissances nous manquent pour la mise en œuvre. L'économie circulaire est un domaine interdisciplinaire dans lequel toutes les parties impliquées doivent collaborer. Elle ne fonctionne que si tout le monde se parle : la politique économique avec la politique agricole, la politique agricole avec la gestion des déchets. Un autre point crucial est de nature purement technique : la plupart des matériaux ne peuvent pas être réutilisés et recyclés autant de fois que l'on veut. Mais ils perdent en qualité après chaque cycle. La circularité est une possibilité de ralentir et de réduire la consommation de ressources, mais elle ne peut pas la stopper complètement.

Qui est particulièrement sollicité par la mise en œuvre ? Quels acteurs jouent-ils le rôle déterminant ?

Tobias Stucki : Non seulement les producteurs, mais aussi les consommatrices et les consommateurs sont déterminants. Il faut aussi les sensibiliser pour que l'économie circulaire puisse réellement fonctionner. Ils et elles doivent être prêts à utiliser les produits plus longtemps et de façon circulaire. Les marchés publics jouent un rôle clé, par exemple lorsqu'il s'agit de financer des projets pilotes. Le secteur financier doit aussi jouer le jeu. Bien entendu, les élus sont également sollicités quand il faut définir les conditions-cadre appropriées. Comme pour la durabilité en général, il est inutile pour l'économie circulaire de se focaliser uniquement sur certains points. En tant que prestataires de formations, nous sommes en outre obligés de former les gens et de leur transmettre les connaissances nécessaires.

La Suisse dispose-t-elle déjà des conditions-cadre légales nécessaires ?

Tobias Stucki : En fonction de nos objectifs : non ! Si on voit ce que l'UE fait en ce moment, nous sommes complètement en retard – bien que nous soyons prédestinés à jouer un rôle de pionnier vu la rareté de nos ressources et nos connaissances en matière d'innovation. Si nous ne commençons pas à travailler tout de suite et énergiquement sur nos conditions-cadres, nous courons le risque de prendre du retard en matière de connaissances par rapport à d'autres pays, retard que nous ne pourrons plus rattraper rapidement.

Antonia Stalder : Pour les marchés publics en particulier, nous aurions en fait suffisamment de marge de manœuvre depuis janvier 2021 avec la révision de la loi sur les marchés publics. Il serait intelligent et utile d'exploiter cette marge de manœuvre et de créer de toutes pièces les projets correspondants. Il faut bien entendu encore adapter les conditions-cadres, mais on pourrait déjà maintenant en faire beaucoup plus que ce qui se fait en réalité.

Marie-Amélie Dupraz-Ardiot : Comme Monsieur Stucki l'a mentionné, nous aurions pu jouer un rôle de pionnier en Suisse il y a quelques années. Maintenant, l'UE est déjà beaucoup plus avancée et certains pays comme la France ont davantage de bases légales que la Suisse.

Où dans la législation pourrait-on et devrait-on ne plus faire les choses à moitié ?

Marie-Amélie Dupraz-Ardiot : On pourrait faire beaucoup dans le cadre de la révision en cours de la loi sur la protection de l'environnement. La Confédération a mis la révision en consultation. Le canton de Fribourg a proposé d'aller plus loin que la proposition sur plusieurs points. Les conditions-cadres légales importantes sont celles que nous pourrons effectivement mettre en œuvre par la suite. Je me demande si nous disposons déjà de suffisamment de personnes qualifiées qui ont les connaissances et les compétences nécessaires. Il y a sans aucun doute encore un besoin assez important de formation et d'éducation.

Tobias Stucki : En Suisse, nous misons énormément sur le principe du volontariat. L'UE fait résolument un pas supplémentaire et essaie de réglementer clairement l'économie circulaire. Il y a des prescriptions qui obligent les entreprises à évoluer réellement. Celles qui ne font rien doivent s'attendre à des sanctions.

Antonia Stalder : Davantage de directives et un peu plus d'obligations nous feraient certainement du bien. Lorsque nous nous en tenons au volontariat, nous restons en général assez lents.

Élément essentiel d'un développement durable, l'économie circulaire est montée en très bonne place dans l'agenda de la Nouvelle Politique Régionale (NPR). Dans quels domaines voyez-vous des opportunités ou avantages particuliers de mettre en œuvre avec succès l'économie circulaire dans les régions ?

Antonia Stalder : Une fois établies, les solutions circulaires ont le potentiel d'être fondamentalement meilleures en termes économiques et écologiques que les solutions linéaires. L'économie linéaire détruit des valeurs en jetant des objets qui seraient encore précieux. Si on s'écarte de cette pratique et que l'on met au premier plan la préservation de la valeur, on gagne sur toute la ligne, peu importe que ce soit en ville ou en région rurale. À cela s'ajoutent d'autres avantages tels que sécurité d'approvisionnement et résilience. Récemment, nous avons eu le cas d'un fabricant désespéré d'automates à café qui nous a dit : « Indiquez- moi la plus grande décharge d'Allemagne, j'y enverrai dix de mes collaborateurs pour qu'ils retrouvent nos appareils et extraient les puces. Nous pourrons ainsi produire trois mois de plus et survivre. » La région peut donc devenir la plaque tournante de l'économie circulaire.

Madame Dupraz, comment apportez-vous l'économie circulaire précisément aux régions du canton de Fribourg ?

Marie-Amélie Dupraz-Ardiot : Ma tâche principale est de sensibiliser les différentes politiques sectorielles du canton aux défis de la durabilité, ce qui nécessite une culture de l'interdisciplinarité. Une personne qui travaille dans la politique économique doit donc aussi penser aux aspects écologiques et sociaux, et vice versa. Nous essayons de lancer, avec des participants de tous les domaines de l'administration, des projets qui incarnent cette culture de l'interdisciplinarité.

Monsieur Stucki, les entreprises conçoivent-elles l'économie circulaire comme une opportunité ou comme une charge pénible ?

Tobias Stucki : Il y a des entreprises qui se soucient déjà de l'économie circulaire et agissent en conséquence, justement parce qu'elles y voient des opportunités. De nombreuses autres y flairent surtout des risques et des dangers. Mais il y a maintenant dans toutes les branches des entreprises phares qui démontrent que cette économie fonctionne. Pour dissiper les craintes, on devrait les mettre encore davantage en vitrine. Il ne s'agit pas seulement de la gestion soigneuse et efficiente de ressources qui deviennent de plus en plus rares. Une économie qui ne comprend pas cela et qui n'est pas prête à en tirer les conséquences ne sera un jour plus compétitive.

Avons-nous besoin de signaux supplémentaires du monde politique pour établir l'économie circulaire chez nous ?

Marie-Amélie Dupraz-Ardiot : La situation actuelle des goulets d'étranglement dans les chaînes d'approvisionnement contribue à ce que de nombreuses entreprises prennent réellement conscience, pour la première fois, de l'importance d'une gestion efficiente des ressources. La pénurie a probablement plus d'effets que nombre de moyens de pression politiques. J'espère en même temps que la modification de la loi sur la protection de l'environnement apportera quelque chose, y compris aux régions. Dans le canton de Fribourg, nous essayons avec cette nouvelle perspective d'élaborer un plan de gestion des déchets qui soit plus global et qui aborde l'ensemble de l'économie circulaire, bien au-delà du recyclage. MSM

(ID:48547143)