Pomtava, fabriquant de pompes à engrenage a instzallé récemment une nouvelle usine dans l'usine, une MAM72-35VN avec 32 palettes intégrées

L'authentique précision suisse

| Auteur / Rédacteur: Jean-René Gonthier, rédacteur en chef MSM / Jean-René Gonthier

Plongée dans le coeur de la machine.
Galerie: 9 photos
Plongée dans le coeur de la machine. (Source : MSM)

Fabriquer des pompes, c'est beaucoup plus futé que cela n'y parait au premier abord. Pour ce reportage nous avons rencontré le directeur de Pomtava ainsi que le directeur de la R&D.

C'est à l'occasion de l'installation d'une nouvelle «usine» dans l'usine que la rédaction s'est déplacée à Reconvilier pour visiter cette entreprise. Ce jour là, nous avons rencontré Messieurs Arnaud Zimmermann, directeur général de Pomtava et Aloïs Nicolet, responsable du département R&D ainsi que Yves Rougemont responsable de vente régional auprès de Newemag | Schneider mc SA. Ce dernier m'avait prévenu que la machine d'une dimension imposante n'avait pu être installée qu'en la faisant pénétrer dans l'atelier par le toit de l'entreprise. Toutefois malgré cela c’est une machine compacte qualifiée très justement de «usine dans l'usine », car à elle toute seule, elle assure une production et une cadence folle.

Apprendre du passé pour voir l'avenir

Avant d'aller plus loin, rappelons que Pomtava tire sa spécificité de la défunte Tavannes Machines Co. SA. Les premières pompes de dosage ont été conçues et fabriquées dans cette antique entreprise

Crée en 1986, POMTAVA S.A. a repris la fabrication des pompes de dosage produites sous les marques Tavannes et Dima depuis 1922. Il s'agissait de pompes destinées à la viscose et à l'acétate prévues pour fabriquer des tissus.

C’est grâce au grand père de l'actuel directeur Arnaud Zimmermann que la Spinoff de Tavannes Machines Co. SA a pu voir le jour sous la forme d'une startup, et ceci au moment de la faillite de Tavannes Machines Co. SA. Et c’est ainsi que Pomtava a pu, dans cette niche relativement étroite devenir un spécialiste de la pompe à engrenages.

Tout a commencé par l’appui de 3 gros clients actifs dans l’industrie Textile européenne. Suite au déclin de cette industrie en Europe, une recherche a été menée pour adapter les pompes à l’industrie de la peinture. Ceci en collaboration avec un fabricant d’installations robotisées d’applications peinture pour l’industrie automobile. Cette collaboration perdure depuis 31 ans. A ce jour, 60 % de la production Pomtava est destinée à l’industrie de la peinture. Dans ce domaine, Pomtava a aussi développé des changeurs de teintes et des mélangeurs destinés aux peintures deux composants.

Pour compléter ce thème
 
Le sous-traitant doit devenir encore plus réactif
La réactivité, c’est aujourd’hui la plus grande plus-value pour la sous-traitance suisse de demain !

Arnaud Zimmermann confirme : «Nous fabriquons nos propres produits, nos pompes à engrenages sont utilisées pour doser toutes sortes de liquides. Notre défi quasi quotidien est de créer une bonne étanchéité tout en assurant un dosage précis, d'où la nécessité d'assurer une rectification précise des dentures de l'engrenage en faisant notamment appel à la superfinition».

Un défi de taille

En effet, le challenge consiste notamment à produire des composants de précision mais sur des pièces 100 fois plus grandes que dans du décolletage classique.

Située au cœur du berceau de la mécanique européenne et de l'horlogerie mondiale, Pomtava perpétue la tradition de la précision et de la fiabilité en concevant et fabriquant ses pompes en version standard ou et surtout en offrant des pompes spécifiques à chaque nouvelle situation à sa clientèle. Le personnel qualifié maîtrise avec doigté un parc de machines de pointe.

Ainsi, avec l'aide de ses sous-traitants, POMTAVA supervise l'ensemble de la chaîne de fabrication. De plus, la région s'est donné les moyens de développer la filière amont (formation) et aval (recherche et développement). Dès lors, la qualité POMTAVA se voit reconnue dans le monde entier, puisque l'entreprise exporte 98% de sa production.

La grande diversification est due notamment à la robotisation du secteur peinture où il est désormais possible de placer les pompes, les changeurs de teintes et le mélangeur en bout de bras des robots pour appliquer les peintures de façon complètement automatique notamment pour faire du multi-couches.

Le défi est de réduire le poids des éléments et de prévoir la conception de telle façon que ces pompes soient rinçables et conservent une fiabilité à toute épreuve. Pomtava ne produit donc aucune pompe en version standard mais s’appuie sur une palette de plus de 15’000 pièces différentes, toutes fabriquées à l’interne.

Arnaud Zimmermann directeur nous rappelle : «c'est se voiler la face de penser que nos concurrents ne font pas de la bonne qualité. Nous devons sans cesse apprendre à nous différencier, à avoir de la flexibilité et être à l'écoute du client. Nous devons absolument être très réactifs.» Rappelons que l'entreprise POMTAVA doit se battre au jour le jour contre des fabricants beaucoup plus imposants comptant 400 à 500 personnes qui n’ont évidemment pas la réactivité d'une PME.

Voici un interview du directeur de Pomtava SA

MSM : Quel type d'entreprise est POMTAVA?

Arnaud Zimmermann : C'est une SA familiale fondée par mon grand-père et mon père en 1986. Nous sommes tous ingénieur de formation et bien évidemment passionnés par notre travail.

MSM : Comment a véritablement démarré l'entreprise ?

Arnaud Zimmermann : Cela a commencé dans les locaux de Tavannes Machines, lors de l’engagement de notre premier vendeur bilingue M. Kneuss, aujourd’hui à la retraite. Il a eu une grande incidence sur la marche de l'entreprise car aujourd'hui c'est avec l'Allemagne que notre chiffre d’affaire est le plus important. Avec lui, nous avons tissé notre représentation internationale.

MSM : Comment vous différenciez vous de vos concurrents ?

Arnaud Zimmermann : Ce qui fait notre différence avec les concurrents c'est d’être très réactif. Avant l'arrivée de la MAM 72-35VN avec 32 palettes intégrées proposée par NEWEMAG | Schneider mc SA, nous avions déjà des machines à 5 axes avec chargement automatique. Nous basions alors notre production sur des séries de 30 pièces. Désormais nos capacités et notre flexibilité ont augmenté.

MSM : Pourquoi avez-vous changé votre manière de faire ?

Arnaud Zimmermann : A la longue ce n’était plus possible de travailler ainsi. Nous avons maintenant un système de palettisation automatique et une grande capacité d’outils en chaîne. Nous visons une production « just in time ».

MSM : Où réalisez-vous les traitements de surface?

Arnaud Zimmermann : Nous réalisons les traitements de surface en sous-traitance chez Studer (studertrempera.ch) à Courroux. Les étapes de finition tels que le honage, la rectification et le lapping sont réalisés en interne. Cela va sans dire que toutes les opérations de tournage et de fraisage sont aussi réalisées au sein de Pomtava et notamment sur la nouvelle Matsuura MAM 72-35VN. Rappelons que les pompes à engrenages réalisés ici sont par nature très précises. Lors du dosage de liquide très fluide, le jeu de fonctionnement doit être réduit, ce qui augmente le degré de précision requis à l’usinage.

MSM : Où se situe l'innovation dans votre production?

Arnaud Zimmermann : Les demandes client nous poussent davantage vers une diversification de nos produits et ceci dans des délais de plus en plus court. Toute la chaîne de production de nos pièces doit être adaptée dans cette optique. Ceci passe évidemment par une automatisation accrue à tous les niveaux.

MSM : Pourquoi travaillez vous en partenariat avec NEWEMAG | Schneider mc SA ?

Arnaud Zimmermann : Nous avons un objectif visant une meilleure flexibilité de production et le produit Matsura que NEWEMAG | Schneider mc SA propose convient bien à nos besoins. Nous apprécions aussi l'excellent service après-vente de NEWEMAG | Schneider mc SA. Nous avons besoin d’une écoute de la part de notre fournisseur. Celui-ci a un service performant et réactif : réponse rapide au téléphone et un service de priorité lorsqu’une machine tombe en panne. Il y aura bientôt une nouvelle MX 330 avec 10 palettes qui viendra prendre place dans le nouvel atelier de production actuellement en cours de rénovation.

MSM : Mais pourquoi NEWEMAG | Schneider mc SA...

Arnaud Zimmermann : Nous avons toujours cherché à avoir des intervenants locaux pour assurer un service rapide. La décision d’achat remonte à 2016, nous avions à cette époque le besoin de remplacer une ancienne 5 axes. On croyait tout d'abord que la MAM était trop grosse pour nos applications et nous avions vu la MAM 72 - 35 VN à l’œuvre chez Triag et au final c'est grâce à ce mastodonte que nous pouvons concrétiser un rêve, l'usine dans l’usine.

N’oublions pas le principal, c’est l’homme qui dirige le tout. Une équipe compétente à chaque niveau est un impératif. MSM

Ajouter un commentaire

copyright

Ce texte est protégé par les droits d'auteur. Si vous désirez l'utiliser pour des besoins personnels veuillez consulter les conditions suivantes sur www.mycontentfactory.de (ID: 44809627 / Machines-outils)