Rechercher

Opinion et formation La technique perd de son attractivité

Rédacteur: Jean-René Gonthier

>> Pas de chômage à long terme et des perspectives de développement intéressantes, tels sont les arguments en faveur d'une formation de polymécaniciens... En effet, le manque de jeunes avides de techniques, continue de se faire sentir. Etonnant, quand on sait que cette profession ouvre de nombreuses portes, notamment celles de l'horlogerie, du médical, de l'environnement...

Entreprises liées

Ambiance de travail au sein du CAAJ de la Chaux-de-Fonds. Poste de simulation sur station Haas.
Ambiance de travail au sein du CAAJ de la Chaux-de-Fonds. Poste de simulation sur station Haas.
(Image: MSM / JR Gonthier)

Que faut-il entreprendre pour que la génération montante se sente immanquablement attirée par les techniques? Et pourtant ce ne sont pas les arguments qui manquent. De nombreuses opérations de séductions auprès de la jeune génération ont été entrepris, non seulement par l'intermédiaire du GIM-CH avec l'opération Mecaforma et d'autres encore... Notamment par la création de centres de formation décentralisé tel que celui du CAAJ à la Chaux-de-Fonds et Moutier.

Coopérative de formation

Le centre d'apprentissage de l'arc jurassien (CAAJ) est une coopérative qui a été créée en 2008 à La Chaux-de-Fonds par huit entreprises pour assurer la formation des apprentis Polymécaniciens et Mécaniciens de production (décolleteurs). Aujourd'hui, ce centre gère et organise l'apprentissage et est constitué de quatorze entreprises du canton de Neuchâtel. En 2011 un projet est lancé pour créer un CAAJ à Moutier afin d'y former des décolleteurs et des mécaniciens, et c'est maintenant chose faite et le CAAJ de Moutier fonctionne parfaitement... Et dans la galerie de photos liée, ce sont des photos provenant du CAAJ de la Chaux-de-Fonds.

Galerie d'images
Galerie d'images avec 15 images

(ID:38347980)