AMB 2018 : lieu de rencontre des fabricants suisses de machines-outils La Suisse en visite à l'AMB

Auteur / Rédacteur: Cornelia Bonow, responsable communication AMB / Jérémy Gonthier

Avec près de 80 exposants, la Suisse est l'un des plus importants pays participant à l'AMB - le salon international de la métallurgie - du 18 au 22 septembre à Stuttgart. Cela reflète l'importance du commerce entre la Suisse et l'Allemagne

Entreprises liées

L'AMB offre une vue d'ensemble optimale des nouveaux produits de l'industrie.
L'AMB offre une vue d'ensemble optimale des nouveaux produits de l'industrie.
(Source : AMB)

Visiter le plus grand salon AMB et le plus important salon européen de la machine-outil sur le seuil de la Suisse est donc un must absolu pour découvrir les innovations et les tendances de l'industrie.Pour la première fois, le nouveau Paul Horn Hall (Hall 10) est accessible à trois minutes à pied de l'aéroport et de la gare S-Bahn. Sur plus de 120'000 mètres carrés, 1'500 exposants présenteront aux quelque 90'000 visiteurs internationaux des innovations et des développements pour les machines-outils de coupe et d'érosion, les outils de précision, la technique de mesure et la qualité, les robots, la technique de manipulation de pièces et d'outils, les logiciels et la technique industrielle, les composants, les assemblages et les accessoires.

En plus du programme déjà bien établi du salon, l'exposition spéciale « Digital Way », qui a lieu pour la première fois et qui sera suivie d'un congrès de deux jours, présente un grand intérêt. Elle fournit des informations sur la manière dont les entreprises industrielles peuvent utiliser les technologies de l'information actuelles pour exploiter le potentiel de la numérisation.

Galerie d'images

L'Allemagne et la Suisse : une histoire à succès

Pascal Streiff, chef de département à Swissmem, voit l'industrie suisse de la machine-outil dans une tendance ascensionnelle : « Les carnets de commandes sont remplis jusqu'en 2019, les ateliers fonctionnent à plein régime » Swissmem représente 1'050 entreprises membres, y compris les PME comme les grandes entreprises, l'industrie suisse de la mécanique, de l'électricité et de la métallurgie (industrie MEM) et les secteurs technologiques connexes. Toutes ces entreprises créent des produits suisses convaincus par l'innovation, la fiabilité et la qualité. « Le franc suisse a un effet stimulant : Il oblige à des optimisations continues des processus, des automatisations et des augmentations d'efficacité ». L'Allemagne est de loin le marché le plus important pour la Suisse. Les liens entre les deux pays sont énormes : en 2017, des marchandises d'environ 18 milliards de francs suisses ont circulé du secteur MEM suisse vers le nord et des produits de l'industrie mécanique allemande ont été importés pour environ 24 milliards de francs. Pascal Streiff rajoute : « En conséquence, les attentes sont élevées pour l'AMB de cette année. Au cours des dernières années, AMB s'est établi comme un lieu de rencontre de l'industrie de la machine-outil et de l'outillage. En effet, Stuttgart couvre la région la plus importante pour nous et est facilement accessible depuis la Suisse ».

Le plus important fournisseur de Suisse

Selon l'Association des constructeurs allemands de machines-outils (VDW), l'Allemagne est de loin l'un des partenaires les plus importants pour l'industrie suisse. Wilfried Schäfer, directeur général de VDW : « Aucun autre pays n'importe autant de machines-outils d'Allemagne que la Suisse. Les Suisses ont profité de la croissance dynamique de l'économie mondiale, soutenue par l'impulsion de la demande intérieure.

Plusieurs fabricants allemands de machines-outils ont des filiales prospères en Suisse. Les livraisons allemandes ont augmenté de cinq pour cent pour atteindre environ 356 millions d'euros en 2017 - huitième parmi les marchés les plus importants. La part des fournisseurs allemands dans les importations suisses est de 46 pour cent, plus de quatre fois plus élevée que celle de l'Italie, le deuxième plus important fournisseur. Ce sont principalement des pièces et accessoires ainsi que des centres d'usinage et des tours qui ont été livrés. L'année en cours s'annonce bien, « parce que les commandes en provenance de Suisse ont augmenté d'un cinquième selon une enquête VDW en cours », explique M. Schäfer. A l'inverse, l'Allemagne est depuis de nombreuses années le marché de vente le plus important pour les fabricants suisses de machines-outils, avec une part de 21 pour cent des exportations totales - bien avant la Chine, les Etats-Unis, l'Italie et la France. Après une légère baisse en 2016, la Suisse a réussi à exporter des produits vers l'Allemagne pour plus d'un milliard d'euros, soit sept pour cent de plus.

L'association professionnelle des outils de précision de la VDMA (Association des fabricants allemands de machines et installations) fait également état de nouvelles positives. Après un léger recul en 2016, les exportations vers la Suisse ont enregistré l'année dernière une « nouvelle hausse très réjouissante », comme le souligne Markus Heseding, directeur général. La demande a augmenté de 9 % en 2017. « Cette évolution est due à la forte augmentation de la demande d'outils de presse et d'outils de coupe tels que les plaquettes indexables. Au total, des outils pour un peu moins de 350 millions d'euros ont été livrés en Suisse. Depuis la crise économique mondiale de 2009, les livraisons vers la Suisse n'ont cessé d'augmenter, sauf en 2016. La Suisse est aujourd'hui le cinquième marché allemand de l'outillage de précision ».

Et cela ne vas pas que dans un sens. Les livraisons de la Suisse vers l'Allemagne n'ont pas cessé d'augmenter depuis 2009. En 2017, la Suisse a exporté près de 9 % de plus vers l'Allemagne. La fabrication suisse d'outils et de moules est toujours très forte. Les outils de perçage et de fraisage ont également connu une forte croissance. Cela fait de la Suisse le deuxième plus grand pays fournisseur de l'Allemagne après la Chine, surtout grâce à sa proximité du sud industriel de l'Allemagne et à la précision helvétique.

Près de 80 exposants suisses à l'AMB

La Suisse est traditionnellement l'un des pays exposants les plus forts d'AMB. L'un d'entre eux a une forte présence en Allemagne : la société Starrag. Marcus Otto est responsable du transport et des composants industriels. Plus que quiconque, il défend les liens étroits qui unissent les deux pays. Même allemand, il dirige le Heckert-Werke à Chemnitz, qui appartient à Starrag : « Nous présenterons une étude intégrée sur l'automatisation industrielle lors du salon AMB 2018 ». L'accent est clairement mis sur la construction de véhicules et la construction mécanique générale, « industries dans lesquelles nos compétences fondamentales de productivité, de précision et de longévité sont valorisées ».

Un autre exposant du salon AMB est l'entreprise Fehlmann de Seon. L'entreprise familiale développe et produit des machines-outils de précision pour le fraisage et le perçage. Depuis sa fondation en 1930, plus de 12'000 machines-outils ont été livrées dans le monde entier. Une ligne de production automatisée à deux machines composée d'un centre d'usinage haute performance 5 axes en conception de portique et d'un centre d'usinage de précision 3/4 à 5 axes sera présentée lors de l'AMB. On peut également se réjouir de la présence de United Grinding.

Les spécialistes de la rectification présenteront leurs huit marques pour la première fois lors d'un grand salon international après la reprise par un consortium d'investisseurs suisses dirigé par le fondateur de BZ Bank et le directeur Martin Ebner du groupe technologique allemand Körber. « Notre objectif est de continuer à mener le marché avec notre large et unique portefeuille de produits et de jouer un rôle actif dans le développement de nos marchés », déclare Stephan Nell, PDG de United Grinding Group. L'AMB à Stuttgart offre les conditions optimales pour cela. MSM

(ID:45464991)