Rechercher

Rétrospective du salon français Industrie Paris Industrie Paris 2014: Nouveau trophée pour l'industrie suisse !

| Rédacteur: Jean-René Gonthier

>> Du 31 mars au 4 avril dernier, à Paris Nord Villepinte, Industrie 2014 s'est déroulé un salon résolument tourné vers l’innovation et les solutions concrètes pour relever les nouveaux défis de l’économie manufacturière. L’industrie suisse marque des points en décrochant un nouveau trophée d’innovation technologique.

Entreprises liées

Stand du Groupe Safran avec le réacteur LEAP.
Stand du Groupe Safran avec le réacteur LEAP.
(Image: Industrie 2014)

Mardi 1er avril dernier, en ouverture de la soirée de gala d’Industrie 2014 Paris, les lauréats des Trophées de l’Innovation ont été dévoilés devant plus de 800 convives.

Parmi plus d’une centaine de produits et services inscrits au concours, 14 ont été nominés répartis dans quatre catégories « Environnement », « Ergonomie », « Productivité » et « Technologie ».

Galerie d'images
Galerie d'images avec 10 images

A l’issue d’une journée de présentations devant un jury de journalistes, experts de la presse technique, de partenaires et d’industriels, quatre entreprises ont été mise à l’honneur en remportant chacune un Trophée.

Le constructeur suisse ETEL était le premier récompensé dans la catégorie « Technologie » avec son nouveau procédé de moteurs type TMK.

Le concept principalement destiné aux machines-outils révolutionne radicalement la définition de la haute vitesse dans le monde du moteur couple. Son design électromagnétique atteint des niveaux de performance remarquables et ouvre la porte à des innovations extrêmement intéressantes destinées à tous les plateaux tournants montés sur centres de fraisage et de tournage car il associe fort couple à tous les régimes et grandes vitesses de rotation.

Plus généralement, ce TMK devrait intéresser bien des constructeurs de machines.

Dans la catégorie « environnement » favorisant tout effort industriel lié au domaine de l’éco-conception, du zéro-rejet et des économies d’énergie, c’est Adefy qui, a été primé pour sa solution éco-nettoyante zéro COV Adexpert destinée aux nettoyages successifs du matériel et des appareils de peintures en phase aqueuse et en phase solvantée (pistolets, circuits de distribution, réservoirs sous pression etc…)

Agréable à l'emploi et économe

La catégorie « ergonomie » récompense toute amélioration d’une formule ou d’un fonctionnement servant à renforcer la sécurité des opérateurs en évitant les accidents du travail et les arrêts de production. C’est le très innovant AccuPocket de Fronius qui a été gratifié du trophée. Le nouveau concept de soudage ultra portable du constructeur, se présente sous forme d’un petit poste de soudage MMA, particulièrement léger, fonctionnant sur batterie lithium-ion rechargeable haute performance. L'énergie en courant continu est directement disponible sans conversion AC/DC via le réseau.

Ce poste sans fil intéressera toutes les entreprises et leurs services de maintenance qui ont à pratiquer des interventions rapides en soudures à réaliser en sites isolés.

Enfin, dans la catégorie « productivité » qui récompense le meilleur résultat en termes de productivité, c’est ESAB, au grand nom du soudage avec le Concept ICETM qui a remporté le trophée. Il s’agit ici d’une technologie qui révolutionne les machines automatiques pour le soudage à l’arc en cordons continus. Son principe exploite la chaleur excédentaire générée par le processus traditionnel de soudage à l'arc submergé (SAW). Cette énergie est récupérée dans le bain de fusion pour fondre un fil de soudage supplémentaire.

Gestion des outils

Le « coup de cœur » du jury s’est porté sur le Wysiwyc® de Spring Technologies. Ce dispositif permet à tout opérateur, travaillant sur machines-outils, tablette PC en main, de superviser simultanément et en temps réel plusieurs unités de production tout en sachant exactement où, quand et comment intervenir en fonction des gammes d’usinage en cours.

On n’oubliera pas les autres entreprises nominées comme, en fabrication rapide de pièces, le FabShop et le Seaweed Filament SWF. Il s’agit ici du premier filament écologique pour l’impression 3D. Ce nouveau matériau fabriqué à base d’algues a été mis au point par Avro en partenariat avec la société Algopack.

Chez Usocore, l’Oemeta Novamet 920 a été également nominé. Ce lubrifiant fait partie d’une nouvelle génération de liquides de coupe sans biocides à durée de vie allongée. Il bénéficie de matières actives prévenant la contamination des émulsions utilisées dans les ateliers de mécanique générale.

Toujours du côté des lubrifiants, Fuchs a aussi été nominé pour la mise au point du concept de micro pulvérisation d’huile Spray.xact. Ce précepte ne génère pas de brouillard car contrairement à tous les jets pulvérisés conventionnels, il ne contient pas d’air. Autres avantages, un dosage précis donc économique pour une installation compacte et un emploi en toute sécurité.

Autre nouveauté, nominée, la machine de mesure tridimensionnelle compacte et intégrable MACH Ko-Ga-Me de Mitutoyo. Ce système automatique de mesure 3D est rapide et programmable. Sa conception modulaire facilite son intégration simple en ligne de production.

Nominé également, Zoller avec le TMS, logiciel de gestion d’outils de coupe. Ce programme va autoriser chaque entreprise à utiliser une base de données commune qui, au travers de son interface avec Machiningcloud, solution capable de charger tout le catalogue de tout fournisseur d’outils.

Retour aux machines-outils avec l’allemand Heidenhain qui a retenu l’attention du jury avec l’ACC, un système qui réduit les effets des résonances lors des usinages d’ébauches. Ce procédé protège la machine et les outils pour un volume de copeaux enlevés augmenté de 20 %, en utilisant un même potentiel mécanique.

C’est dans le cadre d’un matériel orienté tôlerie que le Smartop d’Air Liquide a été sélectionné. Il concerne l’équipement des bouteilles de gaz de soudage. Il s’agit d’un élément qui se monte en tête de bouteille et qui apporte sécurité et praticité au quotidien pour les soudeurs. Il consiste en un chapeau ouvert et protecteur. Ce nouveau dispositif offrent une parfaite étanchéité et une utilisation maximale du gaz grâce au manomètre incorporé.

Usines plus intelligentes

Dans le domaine des moteurs électriques, Clix Industries a aussi été nominé pour la mise au point du procédé industriel de collage afin de réaliser des feuilletés magnétiques destinés aux stators de moteurs industriels. Ce principe aligne de nombreux avantages en termes de performance, de durabilité, de masse, d’encombrement et de comportement vibratoire.

A noter aussi le nouveau composant mécanique développé par Doga, dénommé Ball Drive qui autorise un fort rendement avec des rapports de réduction (1/36) pour des cycles de rotation sans frottement avec absence totale de jeu et de pièce d'usure. Ce nouveau composant mécanique évite les opérations de maintenance et assure plus de longévité et de fiabilité pour les mécanismes qui en seront équipé.

En dehors d’ETEL, les autres exposants helvètes étaient bien discrets sur le salon. Néanmoins, on découvrait chez ABC SwissTech, un nouveau rugosimètre portatif modulaire de précision présenté pour la première fois en France. Utilisé tant en salle de contrôle que dans les ateliers de production, sa configuration de base autorise des mesures de Ra jusqu'à une précision de 0.005 μm.

Petit aperçu en robotique du nouveau IRB 360 FlexPicker à capacité de charge moyenne qui vient compléter la gamme des robots de picking d'ABB déclinée en six modèles. Avec ce dernier-né, le constructeur met à disposition un FlexPicker possèdant une enveloppe de travail élargie. Doté d'un rayon d'action de 1 600 mm, d'une capacité de charge moyenne de six kilos et d'une course verticale de 460 mm il présente comme un précieux auxiliaire de travail.

Afin de valoriser la mécanique générale, source de tous les objets qui nous entourent, on découvrait sur l’espace INside INdustrie, l’invité d’honneur Safran. Le Groupe aéronautique présentait ses métiers en exposant plusieurs éléments mécaniques et quelques produits remarquables.

Les visiteurs ont pu admirer en détail le réacteur LEAP et son aube de soufflante en composite, un arbre et un disque de turbine pour moteur CFM56 (fournit par Snecma), la maquette animée d’un moteur d’hélicoptère Arius (fournit par Turbomeca), une tuyère acoustique « Plug » montée sur Airbus A380 (Aircelle) et l’inner pylon de train d’atterrissage pour Airbus A380(fourniture de Messier-Bugatti-Dowty). Tous ces éléments mécaniques de haute technologie témoignent du savoir-faire et de l’excellence des sociétés du Groupe.

Très intéressant aussi, la présentation, sur près de 430 m2, du stand des Compagnons du Devoir et du Tour de France.

Ces étudiants ont montré la reconstitution, à échelle réduite, d’un site de production industrielle (BE, usinage, formage, soudage et essais de mesure...) et, en partenariat avec le CNES, ont aligné sur leur stand une maquette à l’échelle un, du Rover MSL, actuellement en opération sur la planète Mars, pour la mission d’exploration débutée en août 2012.

Nocturne au salon

En 2014, Industrie Paris a organisé pour la première fois une journée consacrée à l’Usine du Futur.

A ce sujet, le 3 avril, le ministre Arnaud Montebourg a profité du cadre d’Industrie Paris 2014 pour exposer sa vision sur ce thème, élément majeur parmi les 34 plans industriels proposé par le gouvernement français. Cette usine fera largement appel aux nouveaux modes de production de type « fabrication rapide » économes en ressources et moins générateurs de déchets. Cette usine sera aussi plus intelligente, avec des modes de production toujours plus sophistiqués qui repensent l’interface homme-machine. Flexible, utilisant la robotique et des outils de production reconfigurables, capables de proposer une offre en étroite adéquation avec les besoins du marché. Cette évolution nous fera passer du « mass market » au « custom built ».

C’est déjà partiellement chose faite avec le Labo Industrie qui a pris ses marques sur le salon ! Ce Labo a présenté en avant-première les procédés et technologies d’avenir qui vont remodeler le visage de l’industrie.

Cette année, l’animation s’est focalisée sur l’aspect robotique de la machine intelligente mise en scène par le CEA (Commissariat à l’Energie Atomique), le Cetim (Centre technique des Industries Mécaniques) et le Symop, (syndicat des entreprises de technologies de production ), option qui a permis de montrer aux industriels, certains des projets appelés à devenir les futurs standards de l’industrie.

Cette première édition s’est focalisé sur l’aspect robotique de la machine intelligente, avec mise en scène de plusieurs démonstrateurs, issus du programme Capme’Up, mené par l’association des trois instituts Carnot que sont le CEA List, l’Ifpen (Institut Public de recherche & formation) et le Cetim.

Les visiteurs ont découvert à cette occasion, une cellule de parachèvement robotisée permettant aux entreprises de tester en grandeur nature, des solutions de parachèvement automatisées.

Autre démonstration, l’orthèse de bras ABLE, squelette externe motorisé sept axes qui épouse le bras humain afin d’accompagner son geste avec une assistance de deux kilos au niveau de la main. Tous se seront également familiarisés avec des démonstrations de réalité augmentée et de réalité virtuelle

Côté soudage, c’est avec Air Liquide Welding, Esab, Fronius et Kemppi que Randstad et l’Institut de Soudure ont offert aux étudiants, apprentis et demandeur d’emploi la possibilité de mieux connaître les métiers du soudage, leurs débouchés et les formations à partir d’un simulateur et de trois cellules de soudage opérationnelles comprenant l’équipement de soudage, les consommables, la cabine, et une hotte d’aspiration des fumées.

Original et festif, ce même jour (le 3 avril), le salon était ouvert en nocturne jusqu’à 20h00 avec des allées animées de buffets pour que visiteurs et exposants puissent vivre leurs entretiens dans le cadre d’une ambiance conviviale et détendue. <<

(ID:42818006)