Le « Swiss Creative Center » rentre du Japon des stratégies plein ses bagages

Horlogerie suisse et japonaise, même combat

| Rédacteur: Gilles Bordet

Une délégation du SCC s'est rendu au Japon pour échanger et trouver des idées avec ses confrères horlogers de l'empire du soleil levant.
Une délégation du SCC s'est rendu au Japon pour échanger et trouver des idées avec ses confrères horlogers de l'empire du soleil levant. (Image: MSM)

>> Une délégation du « Swiss Creative Center » revient d'une mission de « act finding » au Japon. La délégation a pu s'entretenir avec les principaux acteurs du monde horloger nippon. Les participants suisses furent attentifs à découvrir comment les japonais allaient réagir à l'arrivée des montres connectées et en particulier de l' « Apple Watch » dont les précommandes ont débuté le 10 avril par un beau succès mettant un peu plus la pression sur les professionnels du monde horloger.

Au delà des propositions déjà connues, comme celles sur la durabilité, de la fiabilité ou de la conservation énergétique la délégation a cherché à comprendre les enjeux cachés qui pourraient hautement intéresser l'ensemble de l'industrie horlogère suisse. Et bien, il semblerait qu'une troisième voie se dessine bel et bien. Ainsi, entre le tout connecté (micro-ordinateur et carte sim) et la montre classique (mécanique ou à quartz), il existe beaucoup d'autres possibilités de développement et d'innovation: cinq directions émergent!

Ce rapport décrit tout cela. Il est construit en quatre parties distinctes afin de simplifier une lecture rapide... allant des faits aux développements en passant par une conclusion pour l'industrie suisse et s'achevant sur des recommandations plus politique.

Faits et découvertes

Cinq grandes évolutions ont été identifiées ou confirmées lors ce voyage exploratoire au Japon à savoir que désormais :

  • 1. Le monde horloger va se développer à l'avenir à travers des écosystèmes larges plus que par des clusters étroits. A savoir, il sera nécessaire (voir obligatoire) de constituer des chaînes de valeurs globales incluant au minimum clients, développeurs, distributeurs et manufactures sur une seule et même plateforme. Au delà des plateformes digitales de Apple, Google, Microsoft, Samsung ou encore Sony, Pebble et les autres ... il se dessine pour les suisses la possibilité d'inventer une plateforme de type analogique qui soit propre à l'esprit de la montre suisse (idée suggérée par Casio),
  • 2. Les capteurs ou toutes autres dispositifs actifs/réactifs vont être à la base du développement de la montre de demain. Capter et signaler des changements d'état du corps ou de notre environnement immédiat seront au cœur du renouveau de la montre. Après l'heure, la montre servira à Indiquer. Un exemple est l'usage d'un dispositif de micro-vibrateurs qui serait intégré à la montre pour indiquer des directions lors de tout déplacement physique... trouver son chemin en ville ou chercher un produit dans un grand magasin... mais de multiples autres fonctionnalités liées aux capteurs sont encore à inventer... (idée proposée conjointement par CSEM/Citizen),
  • 3. La durabilité est une valeur portée par un grand nombre de client. La mort programmée des objets, des appareils, des produits et des services a rendu une partie importante de la population très méfiante face aux pratiques de l'obsolescence systématisée. Les modèles d'affaires basés uniquement sur le renouvellement rapide des produits à peut-être fait son temps (idée portée par Vaucher Manufacture Fleurier).
  • 4. Les marqueurs sociétaux évoluent rapidement vers le participatif, l'empowernment et le bottom-up. Fini la seule référence aux stars et aux people. Les gens ordinaires sont la référence montante. L'arrivée massive des réseaux sociaux et du tout connecté oblige l'industrie horlogère à réviser ses référentiels en termes de positionnement de la marque, de marketing et de mode de distribution. Internet est désormais aussi un véhicule important de commande ou de pré-commande. Tout cela influencera les modèles économiques de demain (idée portée par le Professeur Noboru Konno du Japan Innovation Network).
  • 5. Aujourd'hui les complications sont des algorithmes. Plus« soft » que « hard » les complications sont devenues des programmes informatiques. Fini la seule question des rouages mécaniques, il va falloir penser à programmer la montre qu'elle soit connectée ou pas, c'est l'avenir de toute l'horlogerie qui est désormais en jeu. L'enjeu n'est plus simplement mécanique ou électronique ...il est désormais et pour toujours aussi algorithmique! (idée évoquée par un journaliste japonais).
Pour compléter ce thème
 
Liste des membres de la délégation suisse au Japon

Contenu de l'article:

Ajouter un commentaire

copyright

Ce texte est protégé par les droits d'auteur. Si vous désirez l'utiliser pour des besoins personnels veuillez consulter les conditions suivantes sur www.mycontentfactory.de (ID: 43331413 / Nouvelles)