FIP - Solution plastique® 2011 à Lyon Eurexpo

| Rédacteur: Jean-René Gonthier

La presse Allrounder 470 H 1000-800 «hybride» d'Arburg produit des corps de seringues pour le secteur médical, en un temps de cycle de 6 secondes. (Image: Alain Moquard)
Galerie: 12 photos
La presse Allrounder 470 H 1000-800 «hybride» d'Arburg produit des corps de seringues pour le secteur médical, en un temps de cycle de 6 secondes. (Image: Alain Moquard)

>> Le FIP, Forum International de la Plasturgie, était un salon organisé depuis 1987 dans la Plastics Vallée à Oyonnax, réservé aux professionnels. En 2009, suite à une consultation des exposants, il fut décidé de donner une impulsion à son développement en le transférant à Lyon Eurexpo. Ce qui reçut le soutien des organismes professionnels concernés dont Allizé Plasturgie, Plastipolis et l'ACDI.

Les collectivités publiques de la région d'Oyonnax affichèrent leur volonté de maintenir leur soutien au FIP et d'accompagner son développement à Lyon, capitale européenne, en augmentant son attractivité grâce aux infrastructures d’Eurexpo et à l’ouverture de sa vitrine aux entreprises nationales et internationales. Vitrine technologique, plate-forme business, forum d'échanges et innovation, le FIP 2009 s'est imposé comme un événement fédérateur au service de l'industrie plasturgie. Rassemblant 406 exposants, en progression de 20% par rapport à 2006 à Oyonnax, il accueillit 5937 visiteurs de 4650 sociétés également en croissance. Ce qui, en démontrant l'élargissement de son visitorat et l'intégration de plus en plus large de toutes les techniques de transformation et de finition, justifia ce transfert.

Fort de ce succès, le FIP devient FIP 2011

Cet événement a fédéré en un même lieu plus de 550 acteurs de l’ensemble de la filière plastique, dont 163 nouveaux. On dénombre 78,5 % d’exposants français, 1,5% venant d’Europe et 2% d’ailleurs. En amont de la filière, plasturgie étaient présents les fournisseurs de matières premières, machines/ équipements, moules/ outillages, bureaux d’études/ design/ prototypes/maquettes, services/ contrôle/ qualité/ logiciels, recyclage… S’y sont ajoutés une cinquantaine d’exposants de Caoutchouc Caucho Gomma. Quelque 8'000 visiteurs se sont succédés durant les quatre jours du salon, ce qui confirme le bien fondé de cette implantation à Lyon et de sa formule fédératrice. Certains stands ont fédéré des nombreuses entreprises appartenant à un même métier, association ou territoire : PEP, Centre de Formation de la Plasturgie, Association Francophone de Rotomoulage, Thermoformer, RONAX (Regroupement de Transformateurs et diverses CCI ou CRCI.

Bilan du FIP solution plastique® 2011

Une édition très positive : sur les 6800 visiteurs, en progression de 14% par rapport à 2009, 90% venaient de France et 10% de l’étranger. Pour la France 52% venaient de Rhône Alpes, 11,3% de Bourgogne-Franche-Comté, 10,4% de Paris-Île de France, 6,4% du Centre, d’Auvergne et du Limousin, 6,4% des Pays de la Loire et de Bretagne. Sur les 10% venant d’autres pays: 21,36% venaient d’Italie, 17,12% de Suisse, 12,11% du Benelux, 10, 74% du Maghreb, 10,45% d’Espagne et du Portugal, 10,3 d’Allemagne, 3,93% du Royaume-Uni et 2,27% de Turquie.

L’espace fiP’projets a permis à de nombreux visiteurs de trouver sur un espace identifié, réponse à leurs interrogations en matière de transformation plastique. Les vitrines dévoilant un certain nombre d’innovations sur différents marchés cible dont le transport, le médical, les sports&loisirs, l’emballage, l’automobile, le high tech, la domotique et l’habitat, pouvaient guider les porteurs de projets et donneurs d’ordre dans leurs démarches. Le Forum Innovation, dédié aux innovations avec discours pointus et techniques, a été apprécié si l’on en juge part la fréquentation de ces quelque 26 ateliers.

Trophées du Plasturgiste

Décernés dans le cadre du salon FIP solution plastique, ils ont été remis par la rédaction du magazine Plastiques et Caoutchoucs Magazine et ses différents partenaires pour récompenser les entreprises de plasturgie les plus performantes dans 3 catégories :

  • Le Trophée de la Croissance a été décerné à Top Clean Packaging, spécialisé dans la transformation des matières plastiques, implanté en Auvergne et remis à François Berry, président du groupe Top Clean Packaging.
  • Le Trophée de la Rentabilité a été attribué à Steep Plastique, produisant des pièces en injection plastique principalement pour l’automobile, basée dans l’Ain et remis à M. Lefebvre et M. Monier de Steep Plastique.
  • Le Trophée de l’International a été décerné au Groupe Plastivaloire, sous-traitant de pièces automobiles basé en Indre-et-Loire et remis à M. Patrick Findeling, son PdG.

Tendances

Dès les premiers pas, étaient visibles l’évolution des machines vers le «tout électrique», le remplacement de pièces métalliques par d’autres en plastique, en élastomère, en composite, en caoutchouc et surtout à partir de végétaux de toutes sortes et d’origines variées. Ce qui implique l’apparition de nouvelles machines, de procédés, de technologies de fabrication, d’essais, de contrôle, d’identification, avec de nouvelles normes. Au niveau du contrôle, notons l’intérêt croissant suscité par la technologie de la tomographie et son développement en plasturgie pour le contrôle santé matière des produits finis de plus en plus complexes et pour lesquels est recherché le zéro défaut. A remarquer aussi des logiciels de simulation d’injection. L’automobile était très présente avec l’expositions de nombreuses pièces exposées se substituant à des pièces métalliques, mais tous les secteurs sont concernés par cette mutation, dont le médical, le cosmétique, l’informatique, l’électroménager, le transport, le bâtiment…

Parmi les soucis des nombreux organismes œuvrant dans la filière de la plasturgie on notait l’énergie et l’approvisionnement en matières premières. Le FIP solution plastique 2011 a d’ailleurs été le théâtre d’une interpellation de la Fédération de la Plasturgie et Allizé Plasturgie, sur les difficultés rencontrées par les transformateurs depuis plus d’un an avec ruptures d’approvisionnement, invocation du cas de force majeure et hausses des prix des matières premières. Une conférence de presse s’est tenue le mardi au sein du salon pour alerter les parties prenantes.

Reste que ce salon restera le reflet d’une notoriété correspondant à l’évolution de la filière plasturgie, à la technicité de ses acteurs, sans oublier la qualité de son visitorat.

Presses tout électrique économiques en énergie

Arburg présentait des applications issues de la technique médicale et de la micro-injection. Pour cette branche, Arburg faisait la démonstration du potentiel de ses Allrounder électriques et hybrides en matière de précision, de rapidité et d’efficacité énergétique.

Répondant à la demande du marché de solutions d’automatisation, Arburg présentait sur le FIP une cellule de production Allrounder 270 A équipée du module ARBURG spécifiquement conçu pour une application de micro-injection ;

Deux micro-conducteurs sont produits en un temps de cycle de 7 secondes sur une Allrounder électrique 270 A 350-70 avec une force de fermeture de 350 kN. Puis un système de robot Multilift H horizontal assure le retrait des micro-pièces de 3,6 mg et leur séparation par cavités. Du fait de la structure en filigrane des pièces et de leur taille, le retrait des pièces se fait par aspiration.

La presse électrique Allrounder 270 A intégrée dans la cellule de production est équipée d’un module de micro-injection Arburgv combinant une vis d’injection de 8 mm avec une deuxième vis de pré plastification de la matière.

Cette conception garantit une grande précision de dosage pour des poids injectables extrêmement faibles. Le principe « First-in-first-out», la transformation de grains de matière de taille standard et le faible temps de séjour de la matière dans le cylindre, sont des avantages décisifs du module de micro-injection. De concept modulaire, ce module interchangeable rapidement est facilement montable sur d’autres machines.

Médical

Arburg présentait par ailleurs une presse Allrounder Hidrive pour la production de corps de seringues pour le secteur médical. L’Allrounder 470 H 1000-800 hybride a une force de fermeture de 1.000 kN, est équipée d’un moule à 24 cavités de la société Schöttli et le temps de cycle de cette application est de 6 secondes. La série Hidrive offre des performances de production élevées et une consommation d’énergie réduite, grâce à la combinaison d’unités de fermeture servo-électriques, d’unités d’injection hydrauliques avec dosage servo-électrique et à sa technique d’accumulateur hydraulique optimisée. La série Hidrive compte six modèles ayant des forces de fermeture allant de 600 à 5000 kN.

Modularité des presses Allrounder

Les deux machines exposées et les applications présentées, issues du domaine médical et de la micro-injection, mettaient en valeur les avantages de la modularité de ces presses Allrounder. Leur système de construction modulaire permettant de configurer les machines individuellement et de les adapter aux applications spécifiques des utilisateurs.

Negri Bossi présentait une presse VSE 180-H670 tout électrique de la série Vesta

Le tout électrique diminue significativement les consommations électriques par rapport aux solutions hydrauliques conventionnelles. Les temps de cycle sont également réduits grâce à la superposition de tous les mouvements. Le double actionneur sur l’axe d’injection permet de répartir les charges et de garantir fiabilité élevée et endurance et la transmission effectuée au moyen de courroies crantées. La série VESTA, qui ne nécessite pas d’huile pour son fonctionnement, est adaptée à tout secteur susceptible d’être contaminé.

Toute électrique et numérique, VESTA est dotée de drivers qui récupèrent l’énergie électrique lors des décélérations et de moteurs à aimants permanents dotés d’un rapport couple/courant élevé qui améliorent ses prestations en phases d’injection, de mouvements du moule et d’extraction. Elle peut être équipée d’une centrale hydraulique intégrée pour la commande des noyaux hydrauliques.

Le groupe de fermeture dimensionné par algorithmes FEM garantit le fonctionnement des moules les plus sophistiqués. Les colonnes en acier haute résistance sont recouvertes de chrome. Le groupe de plastification, équipé du système de changement rapide qui permet son remplacement aisé, est réalisé en matériaux bimétalliques et les résistances sont de type céramique. Ce qui garantit la fiabilité.

Le contrôle Discovery, nouvelle génération, de Vesta est doté d’une interface écran tactile «touch screen» développée sur plate-forme Java, son logiciel de gestion machine est basé sur un système real time dédié au mouvement des axes avec une capacité de calcul élevée. Cette presse est dotée de codeurs qui garantissent une très grande précision et la reconnaissance de leur position réelle à chaque redémarrage. La machine est prédisposée pour sa mise en réseau et pour l’assistance en ligne. Les fonctionnalités de services, disponibles sur l’interface opérateur, permettent un contrôle complet, ce qui réduit les arrêts machine et les temps d’intervention.

Engel, constructeur autrichien de presses à injecter, présentait lui aussi des presses électriques économiques en énergie. Le premier système est un ensem¬ble constitué d’une presse 100 % électrique, Engel E-motion 440/100 t et d'un moule seize empreintes. Tous les mouvements d'injection, de plastification, de fermeture et d'éjection sont entraînés par des moteurs servo-électriques pour réduire la consommation d’énergie

Engel présentait par ailleurs une presse sans colonne compacte de la gamme Victory 1050H/500W/200 combi qui produisait un collecteur d'admission pour moteur moulé en trois matières. Le proces¬sus intègre le déplacement et le surmoulage en un seul cycle.

Enfin, la société autri¬chienne présentait sa génération de robots cartésiens Viper, auxiliaires dotés d'une grande capacité de charge, d'une précision élevée, d'une bonne accélération et vitesse de repositionnement.

Krauss-Maffei, constructeur allemand, exposait une presse à injecter de la série AX 100-380. Et proposait aussi ses dernières nouveautés en mettant en avant une presse à injecter entièrement électrique et économe en énergie, couplée avec une unité de polyuréthane (PUR) haute pression Rimstar. Ce procédé permettait de produire un luminaire pour diode électroluminescente (LED, Light-Emitting Diodes) pré-assemblé à la sortie de la presse. Krauss-Maffei présentait également un nouveau procédé de production de pièces plastiques destinées à remplacer des éléments métalliques dans les automobiles.

A noter que les machines hybrides d'injection Elion 2200 et 2800, qui auraient particulièrement retenu l'attention des visiteurs lors de la Kunstoffe de Düsseldor, combinent puissance et économies d'énergie et bénéficient de plus du nouvel outil de contrôle Axos, de la filiale suisse de KraussMaffei, IMetstal.

Le secteur médical

BILLION présentait une application «Médical may be beautiful!» inédite d’une presse à injecter bi-matière Billion Select tout électrique, en collaboration avec les sociétés SMP pour l’outillage et Guignard pour l’automatisation. L'idée était de doter une application médicale du design et de l'esthétique d'une pièce cosmétique. Avec l'aide de la société CMSI, renommée dans le monde de la pièce plastique à destination des métiers de la beauté, Billion s'est lancé dans le projet. La société SMP a réalisé un outillage 4 empreintes, dont une empreinte pour l'opération de surmoulage, permettant de sortir en une seule et unique opération trois pièces de géométries différentes, dont l’une des pièces réalisée en bi-matière. L'outillage tourne sur la dernière évolution de presse à injecter Billion Select bi-matière «tout électrique» avec base tournante Grosfilley, afin de garantir précision, propreté et répétabilité à ce produit à usage médical. Il s'agit d'une presse H 150/H260-150 tonnes. Sur la base d'un manipulateur Staubli, la société Guignard a également développé un dispositif sophistiqué pour récupérer dans l'outillage avec un robot 6 axes numériques, les 3 pièces composants le pilulier afin de l'assembler.

Billion, implanté à Bellignat dans la région d’Oyonnax, construit des machines de transformation des plastiques en bi-injection, dont une gamme électrique Select. Elles s’adressent aux secteurs : automobile, packaging/cosmétiques, électronique, pharmaceutique et médical, bâtiment/habitat, sports et loisirs.

A ces presses s’ajoutaient bien entendu d’autres constructeurs, dont BMB avec une EKW10 Pi/480, Sumitomo Demag avec deux presses

Logiciels de simulation d’injection

Les logiciels de simulation d’injection Simpoe s’adressent à tous les acteurs de la filière plastique, qu’ils soient concepteurs, outilleurs, moulistes ou transformateurs. Evolutives, les solutions Simpoe adressent le processus complet d’injection, et permettent à chacun de trouver la configuration la mieux adaptée à ses besoins. Ces logiciels, qui traitent thermoplastiques, thermodurs, élastomères et silicones, existent en version indépendante ou entièrement et complètement intégrés dans l’interface graphique des principaux logiciels de CAO tels que SolidWorks, CreoElements de PTC ou Solid Edge de Siemens.

L’approche tout-en-un de Simpoe permet de simuler tout type de pièces, en coque ou massives, avec ou sans inserts, ainsi que les familles de pièces. Il permet aussi de simuler des processus plus complexes tels que l’injection assistée au gaz, le surmoulage, l’injection multi-matières ou multi-domaines.

La rapidité et la convivialité de ces logiciels permettent en quelques clicks d’évaluer plusieurs scenarii pour déterminer la solution optimale. Les logiciels Simpoe intègrent des outils automatiques pour optimiser la position des seuils, équilibrer les canaux, détecter les lignes de soudure, évents, etc. Les rapports d’analyse, avec leurs animations, peuvent être générés sous plusieurs formats (HTML, Word, Powerpoint), et en plusieurs langues, afin de faciliter la communication entre les différents intervenants dans le cadre d’un développement produit collaboratif.

Technique de soudage

La thermofusion

L'entreprise suisse Leister Process technologies présentait son système laser Novolas WS-AT clés en main pour le soudage laser des thermoplastiques, dont des prothèses auditives. Il proposait aussi sa série de chauffe-air LHS pour les procédés industriels à air chaud professionnels.

Soudage laser des thermoplastiques

Le système laser Novolas WS-AT, intégrable dans une chaîne de production, permet de maîtriser la conception et la construction d’installations industrielles. De concept modulaire, ces systèmes laser sont configurables en fonction des besoins de l’utilisateur. Ils peuvent être dotés de différents systèmes de déplacement. Tous les modules laser de la gamme Novolas Basic AT sont utilisables : lasers à diode à fibres refroidis à l'air et à l'eau de 40 W à 200 W, laser linéaire innovant LineBeam AT qui offre une puissance de sortie comprise entre 150 W et 600 W et une longueur de ligne allant jusqu'à 100 mm. S’y ajoutent différentes optiques de Leister et tous les concepts de soudure courants peuvent être appliqués pour le soudage par faisceau laser. Les variantes brevetées des procédés de soudage au travers d'un masque et de soudage Globo en font aussi partie.

Parmi les applications de soudage laser réalisées avec de type de matériel, LEISTER cite d’une part le soudage laser par transparence, réalisé avec cette soudeuse laser Novolast WS, d’une pompe à perfusion Rowerpump de RowerMed AG intégrant une régulation de constance de débit sans aide électronique extérieure, d’autre part le soudage laser par masque d’une membrane SmartGuard contre le cérumen membrane de 15 microns assemblée avec son anneau support d’une prothèse auditive du spécialiste suisse Phonak Högeräte pour assurer le bon fonctionnement de celle-ci en évitant leur encrassement.

Appareils et procédés industriels à air chaud

Le matériel pour les procédés industriels à air chaud comprend des chauffe-air et souffleries ainsi que des équipements de contrôle et régulation garantissant des procédés fiables et très divers : soudage, chauffage, stérilisation, lissage, séchage, accélération de processus, fusion, etc. Sur le stand, les spécialistes pouvaient tester les équipements techniques conçus et fabriqués en Suisse et y découvrir les installations d’emboutissage et d’ébavurage à air chaud ainsi qu’une démonstration de soudage laser.

Branson Emerson Industrial Automation élargit sa gamme de machines à moteurs électriques dans les domaines du soudage par ultrasons, par vibration linéaire ou orbitale, par infrarouge, par lame chauffante ou par rotation. Il propose un procédé sur-mesure qui établit des références élevées en termes d’efficacité, de productivité, de respect de l’environnement et aussi de consommation d’énergie. Cette machine de soudage par vibration «tout électrique» a pour but de répondre au marché de plus en plus demandeur d’exactitude, de précision et de répétabilité, y compris sous une force de soudage de 25000N.

La Branson All Electric M-624 HRS, machine de soudage par vibration prétend être la plus puissante et la plus éprouvée commande électromagnétique de tête vibrante, avec une commande de table élévatrice. Avec 500 mm/seconde, la commande électrique atteint une vitesse double de celle des tables élévatrices hydrauliques en réduisant les temps de cycle et jusqu’à 40% de l’énergie nécessaire.

Un temps de séquence très court est surtout nécessaire lorsque la combinaison avec un pré chauffage infrarouge est utilisée. Cela satisfait aux exigences d’assemblage à faible taux de particules et une meilleure apparence de la jonction.

ROFIN-BAASEL France inaugurait, avec le StarWeld Select, sa génération de machines de soudage laser universelles et économiques destinées entre autre au rechargement de moules et outils au moyen d’un fil d’apport.

Particulièrement compact, le système laser permet, à l’aide d’un simple commutateur, de réaliser tous les travaux de soudure laser : soit en laser de soudage manuel ergonomiquement optimisé ou en machine laser de rechargement pilotée par joystick, soit encore en machine laser précise à commande numérique.

Le système d’axes CN (X 210 x Y 170 x Z 200 mm) du StarWeld Select accepte des pièces jusqu’à 50 kg et les déplace avec une précision de +/- 0.02 mm. Avec le joystick, il est possible de gérer les axes sans aucune programmation CN.

Le laser Nd :YAG, refroidi par air, offre une taille de spot motorisée de 0,3 à 2,5 mm, une énergie de 120 Joules, une puissance moyenne de100 W, une puissance crête de 12 kW et une alimentation 230 V monophasée.

Le StarWeld Select dispose en série de quatre fonctionnalités logicielles qui facilitent les travaux de réparation de moules et outils, avec ou sans fil d’apport. Le menu EasyTouch rend les paramètres laser classiques, puissance, durée d’impulsion, facilement interprétables par un personnel non spécialiste. Le SynchroWeldTM génère un cordon de soudure régulier avec un recouvrement des points constant et réglable quelque soit la trajectoire. Le TrackMode mémorise rapidement une trajectoire par apprentissage des contours de soudage en déplaçant le système d’axes à l’aide d’un joystick intuitif. L’AreaFill gère un décalage programmable de trajectoire pour recharger régulièrement une surface (sur les 3 plans). En option, un module commande numérique 4 axes simultanés peut automatiser les soudages répétitifs pour un coût très optimisé.

Avec son StarWeld Select, Rofin pense établir une référence de machine pour les sous-traitants, sociétés effectuant quotidiennement des travaux de soudure par laser.

Une application parmi d’autres

Pour le secteur médical

ISA France S.A.S, acteur connu dans la production de pièces microtechniques de très haute précision, spécialiste de la micro-injection et du micro-découpage depuis quelque de 20 ans, présentait un exemple de micro-composants : un dispositif de dosage médical implantable.

C’est un système implantable de distribution de médicaments intégrant une micro-pompe doseuse pilotée par radiofréquence. La partie industrialisée par ISA France pour le compte de la société ANTLIA est constitué d’un boîtier intégrant un mécanisme de pièces issues de la précision du savoir faire horloger avec des éléments de mécanisme tels que stator, rotor et rouage. Le matériau injecté pour les éléments de base est un plastique biocompatible possédant une bonne fluidité pour le remplissage des empreintes ainsi que de bonnes caractéristiques mécaniques.

ISA France réalise des pièces par micro-découpage, micro-injection, micro-assemblage. Il est présent depuis quelques années dans de nombreux domaines nécessitant un savoir faire et une précision accrue dans l’horlogerie, le médical, la connectique, l’aérospatial, la téléphonie, l’électronique, l’appareillage et réalise en interne les moules d’injection et les étampes de découpage grâce à son bureau d’études qui gère le développement, à son atelier mécanique équipé de machines dernières générations et à son personnel qualifié.

Les Bio Plastiques : nouvel atout en plasturgie !

De nouvelles matières firent l’objet de conférences qui furent très suivies. Entre propriétés matières, marketing et analyse du cycle de vie, une de ces conférences offrit un tour d’horizon très complet sur différents matériaux à base de matières premières d’origine végétale. Diverses interventions traitèrent de molécules issues de la production agricole, les plastiques végétaux étant au centre des débats, une nouvelle tendance innovante observée dans la Plasturgie. Trois sociétés, représentées par messieurs Arnaud Mastain pour Dupont Packaging & Industrial Polymers, Patrick Dang pour Arkema, Jean-Luc Monnet et Léon Mentink pour Groupe Roquette, participèrent à cette conférence.

  • Dupont de Nemours traita du Biomax® PTT, un nouveau biopolymère sans compromis en termes de performances pour les emballages cosmétiques.
  • Arkema a développé les Rislan®, une gamme de polymères biosourcés innovants de par leurs propriétés en particulier au plan tenue à hautes températures, transparence, élasticité.
  • Le Groupe Roquette a développé Gaïalène®, des résines thermoplastiques issues de ressources renouvelables, aux propriétés fonctionnelles et sensorielles novatrices pour des applications courantes que nous avons examiné de plus près

Le groupe Roquette, un des leaders mondiaux de la production et de la transformation d'amidon, a investi le marché des plastiques végétaux avec sa gamme Gaïalène® pour applications durables.

Proposées aux transformateurs et compoundeurs, ces résines comprennent plus de 50 % de matières premières végétales, sont le résultat des recherches menées par Roquette depuis 2007 dans le cadre de son Programme de Recherche Gaiahub® visant à produire des résines végétales thermoplastiques. Les résines Gaialene® sont synthétisées grâce à un procédé de greffage breveté qui donne naissance à une gamme de plastiques végétaux sans équivalence sur le marché. Contrairement au passé, l'amidon et ses dérivés ne sont pas utilisés comme diluants ou charges pour adapter les propriétés d'un polymère fossile mais comme un macro-monomère thermoplastique à part entière.

Le procédé de fabrication correspond à une hémi-synthèse au sens où elle repose à la fois sur la capacité de plantes comme le blé ou la pomme de terre, de synthétiser directement des polymères à partir de gaz carbonique (CO2) fixé de l’atmosphère (l’amidon en l’occurrence) et sur le savoir faire acquis par Roquette dans la transformation de l'amidon et la synthèse de ses dérivés.

Ce procédé innovant et complexe, confère aux résines obtenues une insensibilité à l’eau et des propriétés inédites. Cette gamme se distingue d'autres familles de plastiques d'origine végétale par ses qualités spécifiques comme par exemple un toucher très soyeux, une excellente résistance aux chocs, des propriétés anti-statiques naturelles et une grande facilité de coloration et de compoundage avec des fibres minérales ou végétales. Elles sont conformes à la réglementation REACH.

Ces résines présentent une densité nettement plus faible que celles des bioplastiques actuellement disponibles sur le marché. Leurs qualités permettent de viser un champ d’applications plus larges que celui habituellement dévolues aux plastiques végétaux (films d'emballage, vaisselles jetables, sacs de sortie de caisse…) et de convenir pour des applications durables ou semi-durables utilisant d'ordinaire des polyoléfines, de l'ABS ou des polymères plus techniques.

Les résines végétales Gaialene® ont été développé pour répondre avec un très bon compromis coûts/performances à des applications traditionnelles des matières plastiques sur des marchés comme notamment l’emballage, avec les films mono ou multicouches, flacons et bouteilles, le mobilier intérieur, le sport et le loisir, le bâtiment, l’électroménager et les domaines électriques et électroniques, l’automobile

Ces résines sont déclinées en grades adaptés à tous les métiers de la plasturgie : injection, extrusion-gonflage, extrusion-soufflage, compoundage et préparation de mélanges maîtres.

Faible empreinte environnementale

Ces résines végétales Gaialene® répondent au besoin croissant de l'industrie de disposer de matériaux plastiques issus de ressources renouvelables à brève échéance et présentant une faible impact environnemental.

Comparées aux polyoléfines traditionnelles, elles sont composées à plus de 50% de matière végétale, réduisent l’émission de carbone de plus de 40% jusqu’à la sortie de l’usine, sont économiques en permettant de réduire l’usage de ressources fossiles non renouvelables tout en étant recyclables dans les filières existantes, pour être en fin de vie utilisées à nouveau comme matière plastique.

R&D en fibres

Fibre Recherche Développement est une plateforme d’ingénieurs de projets visant à l’émergence, au développent de matériaux innovants en particulier à la valorisation des fibres et fractions végétales en matériaux (isolation, bétons, composites, etc.),

FRD pilote, entre autres, des projets de R&D destinés à l'élaboration de produits à base de fibres végétales. Dans le domaine des composites, FRD coordonne le projet national Finather destiné à élaborer des composites thermodurcissables à faible impact environnemental pour l'industrie automobile et ferroviaire. Dans le domaine du bâtiment, FRD coordonne un projet de développement industriel de laines d'isolation thermique et participe à un projet d'élaboration de bétons végétaux à base de granulats pour isolation phonique.

FRD pilote par ailleurs des projets de R&D destinés à comprendre et améliorer les propriétés des fibres végétales et des matériaux associés. Le projet régional Maprofi, qui a pour but de mieux connaître les facteurs culturaux influençant les propriétés physico-chimiques des fibres de chanvre, est actif depuis 2009. Il a pour objectif l’amélioration des propriétés aval des fibres et des matériaux dérivés. Au niveau du gisement des fibres végétales en France, FRD a publié, en collaboration avec l'ADEME, la première étude sur l'évaluation de la disponibilité et de l'accessibilité des fibres végétales à destination matériaux en France.

A noter que les fibres végétales comprennent celles qui proviennent de tiges, de feuilles, de graines et de fruits du monde entier, un vaste programme, tout n’étant utilisable sur une même plante, un même arbre… Ce pourquoi, FRD a élaboré un fascicule très documenté, particulièrement complet.

FRD a été créée par dix actionnaires producteurs de fibres (lin, chanvre, miscanthus, lin oléagineux, bois) et acteurs majeurs de la valorisation des agro-ressources (ARD, Sofiprotéol), il se situe au cœur du Pôle de compétitivité Industries et Agro-Ressources, en Picardie - Champagne-Ardenne.

ON, société française basée en Chine, est spécialisée dans la conception et la fabrication de moules et pièces, principalement pour l'injection plastique. Ses domaines de compétence : injection plastique, thermoformage, rotomoulage, injection et extrusion aluminium, emboutissage.

La conception et fabrication de moules industriels qu’offre ON ne s’applique pas seulement pour les plastiques dits standard, mais également pour les bioplastiques, dont le PLA. Le PLA (acide polylactique) est un thermoplastique transparent, provenant de l’amidon de maïs ou du sucre de canne. Il est compostable sous certaines conditions et biodégradable en combinant la chaleur et l’humidité. On peut le transformer par thermoformage, extrusion, soufflage ou injection.

C’est un plastique assez complexe à utiliser ; il demande une bonne maîtrise du process : préparation particulière de la matière, stabilité machine. Il demande de suivre des règles bien précises par rapport au design de l’outillage (carotte d’injection, système d’éjection, dépouilles…).

ON a déjà, à ce jour, développé certains moules spécifiques pour l’injection du PLA, grâce à un certain savoir-faire et à un bon équipement de machines.

En Chine, nombreux de fournisseurs de matières premières fabriquent ce genre de bioplastiques et développent aujourd’hui un PLA doté de nouvelles caractéristiques, ce qui le rendra plus facile à utiliser en impliquant un design outillage plus simple. Ce bioplastique tend à se rapprocher du PP (Polypropylène).

Et aussi ….

Société JP Grosfilley SAS

Implantée depuis 1973 dans la Plastic Vallée, la société JP Grosfilley est le spécialiste des moules pour la multi-injection. La majeure partie des moules multi matières qu’elle réalise est basée sur la technologie de rotation qui procure les meilleurs gains de productivité et de qualité grâce à la répétitivité de la cinématique. Depuis deux ans la société développe la technologie d’injection soufflage sur machine d’injection standard.

Sur le FIP elle présentait la technologie IMA d’assemblage dans le moule, un procédé breveté en progression pour de nombreuses applications.

Un plateau rotatif sans frottement et une base tournante étaient également en démonstration sur son stand sur une machine 150T Select électrique bi matière, machine axée sur les marchés de la cosmétique, pharmacie et médical.

Solutions à canaux chauds dans le domaine du médical et de l’emballage

EWIKON, société allemande, élargit sa gamme de produits aux technologies d’injection latérale et système à obturation électrique. Depuis quelques années les activités de développement d’EWIKON portent sur l’élargissement et l’optimisation de la gamme de produits à canaux chauds destinés aux applications dans le domaine médical ou dans la filière de l’emballage. Il en résulte une gamme de produits mettant en oeuvre la technologie à canaux chauds, conçue pour répondre aux besoins spécifiques de ces secteurs, que ce soit pour produire en série et en quantité économique d’articles jetables ou pour fabriquer des pièces de précision de haute technicité exigeant un haut niveau de fiabilité

Sur le FIP présentait les développements et améliorations apportées aux produits existants dans le cadre des applications d’injection latérale et système à obturation : Avec la buse HPS III-MH, EWIKON propose une solution multi-pointes polyvalente, rentable, permettant l’injection directe à seuil latéral des pièces ainsi qu’un système à obturation compact avec espacement minimal des empreintes de 6 mm. Toutes les versions offrent une simplicité de conception des moules, sans séparation des fonds d’empreinte. Elles facilitent la maintenance en permettant d’accéder aux buses à partir du plan de joint du moule et de remplacer les pointes sur la presse à injecter sans démontage du moule. Il est possible de traiter les matières : PP, PE, TPE, PS, ABS, SAN, POM, PA, PET et PC. Des pointes molybdène, en option, permettent de traiter des matières renforcées.

La version injection directe à seuil latéral s’emploie pour des applications jusqu’à 128 busettes et intègre jusqu’à 8 pointes par buse, disposée en configuration linéaire ou radiale. La version linéaire permettant de disposer les pièces en rangées, facilite l’intégration de coulisses dans le développement du moule. Pour les pointes de buse, des angles différents sont proposés. La version angle de 60° offre des avantages lors du moulage des seringues en éliminant presque toute déformation du noyau, problème récurrent dans ce type d’application.

Sur le salon FIP, EWIKON présentait une version de la buse HPS III-MH, qui, conçue spécifiquement pour des applications en empreinte profonde, est disponible en configuration 1 ou 2 pointes par buse. Le corps de buse est adapté à partir d’une buse standard en incorporant une embouchure de type MH qui intègre les pointes de buse. Pour les applications en empreinte profonde, il est possible d’allonger la buse principale en utilisant un embout adaptateur afin d’obtenir la longueur requise. Lors du moulage des pièces longues et minces, vous disposez ainsi d’espace additionnel, par exemple pour l’intégration des supports de noyau et d’un dispositif de dévissage.

De nouvelles spécificités pour les systèmes à obturation à entraînement électrique Tous les modèles de moteurs pour système à obturation à entraînement électrique compatible salle blanche sont désormais disponibles avec des encodeurs en option. Ceci permet d’assurer un niveau de fiabilité encore plus élevé pour les applications système à obturation de haute précision, par exemple dans le domaine médical. Les codeurs permettent le suivi en continu du positionnement de l’obturateur à un niveau de précision de 1/100 mm.

En cas de déviation, la position de l’obturateur est rectifiée automatiquement. Si la rectification ne se réalise pas en raison de l’obstruction d’un obturateur par des impuretés, un message d’erreur s’affiche au bout d’un nombre prédéfini de tentatives infructueuses. Le moteur est arrêté complètement en cas de besoin.

De plus, nous vous présenterons le nouveau dispositif de contrôle avec écran tactile, lequel permet de faire fonctionner avec encore plus de facilité les systèmes à obturation à entraînement électrique intégrant jusqu’à 32 moteurs. Tout le système est commandé à partir de l’écran tactile, qui permet également de visualiser le positionnement actuel des obturateurs ainsi que les modes de fonctionnement. Le système permet l’adaptation au cas par cas des paramètres de fonctionnement selon les besoins du processus, dans plusieurs modes de fonctionnement des obturateurs. En plus du fonctionnement ouverture / fermeture normal, une fonction opération séquentielle (temporisation ouverture) ainsi que des fonctions supplémentaires permettant de commander plusieurs positions d’obturateur lors d’un seul cycle d’injection vous sont proposées. Différents signaux de déclenchement peuvent être utilisés. Les autres spécificités comprennent notamment l’identification automatique du type de moteur utilisé ainsi que l’option de sauvegarde des données et des réglages de manière pratique, sur un support compact qui vous est fourni avec le produit.

<<

Ajouter un commentaire

copyright

Ce texte est protégé par les droits d'auteur. Si vous désirez l'utiliser pour des besoins personnels veuillez consulter les conditions suivantes sur www.mycontentfactory.de (ID: 28902830 / Plasturgie)