Atterrisseur Philae est éveillé: "Bonjour la terre! Pouvez-vous m'entendre? "

14.06.2015

Enfin un signe de vie: Après 7 mois de silence radio de l'unité de l'ESA, atterrisseur Philae est de retour à l’antenne. Pour 85 secondes, il a transmis des données à partir de la surface de la comète 67P / Churyumov-Gerasimenko, nommé Chury.

En Novembre 2014, le lander a dû fermer en raison du manque d'énergie, maintenant avec l'augmentation de l'exposition au soleil les panneaux solaires fournissent la puissance requise.

Les signaux ont été reçus le 13 juin à 22h28 CEST par le Centre européen des opérations spatiales de l’ESA à Darmstadt. Plus de 300 paquets de données ont été analysés par les équipes du Centre de contrôle de l’atterrisseur au Centre allemand pour l’aéronautique et l’aérospatiale (DLR). « Philae va très bien : sa température de fonctionnement est de -35°C et il a 24 watts à sa disposition, » explique Stephan Ulamec, responsable de l’atterrisseur Philae pour DLR. « L’atterrisseur est opérationnel. »

Après analyse des données, il est apparu que Philae ne vient pas seulement de se réveiller : « Nous avons également reçu des données historiques – jusqu’à maintenant, cependant, l’atterrisseur n’avait pas été capable de nous contacter ». Les scientifiques attendent maintenant le prochain contact. Il y a encore plus de 8000 paquets de données dans la mémoire de masse de Philae, qui donneront à l’équipe de DLR des informations sur ce qui est arrivé à l’atterrisseur au cours des jours précédents sur la comète 67P/Churyumov-Gerasimenko.

Philae s’était éteint le 15 novembre 2014 à 1h15 CET après une soixantaine d’heures d’opérations sur la comète. L’unité de communication sur l’orbiteur Rosetta était allumée et à l’écoute de l’atterrisseur depuis le 12 mars 2015. Les 14 systèmes d'entraînement FAULHABER à bord de Philae aident à étudier scientifiquement la surface de la comète.

La mission

Rosetta est une mission spatiale de l'Agence spatiale européenne dont l'objectif principal est de recueillir des données sur la composition du noyau de la comète 67P Churyumov-Gerasimenko et sur son comportement à l'approche du Soleil. La mission se compose d'un orbiteur et l'atterrisseur Philae. DLR a joué un rôle majeur dans la construction de l'atterrisseur et dirige le centre de contrôle de l'atterrisseur qui a préparé et supervisé la tâche difficile d'atterrir sur la comète le 12 Novembre 2014, à 17:03 CET, un exploit jamais accompli.

Pour l'application