Le CSEM partage ses rêves martiens

Des terriens sur Mars, utopie ou proche avenir ?

| Rédacteur: Gilles Bordet

Le gigantesque lanceur Saturn V est composé de 3 étages, le principal le S-IC, le second le S-II et le troisième le S-IVB. Le premier étage utilise comme carburant du kérosène alors que les 2 autres étages fonctionnent à l'hydrogène. Le comburant reste toujours de l'oxygène liquide pour tous les étages.
Galerie: 153 photos
Le gigantesque lanceur Saturn V est composé de 3 étages, le principal le S-IC, le second le S-II et le troisième le S-IVB. Le premier étage utilise comme carburant du kérosène alors que les 2 autres étages fonctionnent à l'hydrogène. Le comburant reste toujours de l'oxygène liquide pour tous les étages. (Image: NASA)

>> Pour son trentième anniversaire, le CSEM (Centre suisse d'électronique et de microtechnique) a organisé une conférence qui avait pour thème: « MARS and beyond: ventures to the frontiers of science » (Mars et au-delà, aventures aux frontières de la science). Elle a eu lieu au Schweizerhof Hôtel de Berne le jeudi 9 avril. Les larges sourires affichés sur les visages des participants à la fin de la conférence reflétaient bien le succès de cet événement porté par des intervenants prestigieux et des débats passionnés.

En effet, il aurait été difficile de trouver meilleurs invités que ceux présents pour nous faire partager leur passion de l’espace mais surtout leurs expériences et leurs expertises dans ce domaine. A commencer par Charlie Duke, astronaute du programme Apollo et pilote du module lunaire d'Apollo 16, dixième homme à avoir posé le pied sur la lune, il fut aussi le plus jeune de tous les « moonwalkers ». La cosmonaute russe Elena Kondakova détient le record du monde féminin du plus long séjour dans l’espace à bord de feu la station orbitale russe MIR. Claude Nicollier, qu’il n'est nul besoin de présenter sous nos latitudes, était aussi des invités. Premier suisse dans l’espace avec 4 missions à son actif et président du conseil d’administration du CSEM. Le directeur technique et qualité de l’ESA (European Space Agency), Franco Ongaro ainsi que le professeur Suren Erkman de l’Université de Lausanne venaient clore cette prestigieuse liste d’invités.

Lune américaine et orbite terrestre soviétique

Après le discours de bienvenue de Mario El-Khoury, CEO du CSEM, la première intervenante, Elena Kondakova débuta cette conférence avec le thème : Six month living and working off-earth (6 mois à vivre et travailler dans l’espace). L’avance russe en matière de séjours prolongés en apesanteur est la conséquence directe de la victoire américaine dans la course à la lune. En effet, une fois la lune gagnée aux Américains, les Soviétiques décidèrent de ne consacrer plus que des missions automatiques à notre satellite pour se concentrer sur les séjours de longues durées en orbite terrestre. La donne aurait pu être inversée si le programme américain Skylab (programme de laboratoire spatial en orbite terrestre) avait bénéficié de tous les crédits disponibles, mais la gestation de la future navette spatiale eu raison de ce qui fut le plus grand module orbital jamais mis en service (90 t et 320 m3 pressurisé). C’est dans ce contexte que l’Union soviétique lança sa première station spatiale, Saliout 1 (1970-1971), jusqu’à Saliout 7 (1982-1991). En 1986, le module de base de la future station Mir était placé en orbite. Pendant une décennie, les divers modules qui constitueront la station Mir seront assemblés en orbite et seront jusqu’à l’avènement de l’ISS la plus grande construction spatiale jamais fabriquée par l’homme. Mir fut la seule station où des hommes vécurent de manière permanente durant toute sa durée de vie jusqu'à sa désorbitation volontaire le 21 mars 2001. Cette expérience soviétique, et russe par la suite, de plus de 30 ans de vie en apesanteur fournira à toute la communauté scientifique mondiale des données inestimables sur les conséquences d’un séjour prolongé dans l'espace.

Contenu de l'article:

Ajouter un commentaire

copyright

Ce texte est protégé par les droits d'auteur. Si vous désirez l'utiliser pour des besoins personnels veuillez consulter les conditions suivantes sur www.mycontentfactory.de (ID: 42655870 / Vie des entreprises)