Des robots appliquent chaque jour 60'000 touches de glaçage

Rédacteur: Jean-René Gonthier

>> Dans l’industrie de la boulangerie-pâtisserie, les travaux de décoration sont souvent encore réalisés à la main. Une boulangerie familiale dans le sud de l’Australie a osé faire le pas de l’automatisation et laisse chaque jour des robots appliquer 60'000 touches de glaçage.

Entreprises liées

Avec un doigté extrême, la délicate main du Robot ABB IRB 140 traite les patisseries avec minutie. Désormais 15'000 Gimger Bread sortent de la Perryman’s Bekery chaque jour. (Image: ABB)
Avec un doigté extrême, la délicate main du Robot ABB IRB 140 traite les patisseries avec minutie. Désormais 15'000 Gimger Bread sortent de la Perryman’s Bekery chaque jour. (Image: ABB)

Si quelqu'un doutait de la capacité des robots à réaliser des travaux en finesse, il devrait aller jeter un œil dans la chaîne de production de Perryman’s Bekery à North Adélaïde, dans le sud de l’Australie.

La boulangerie familiale s’est rendue particulièrement célèbre par ses « Gingerbread Babies » en pain d’épices dont la fabrication a nécessité l’intégration de robots dans le processus de production. «Sans une certaine dose d’automatisation, nous n’aurions pas pu atteindre une plus forte capacité de production» explique Neil Perryman, propriétaire et manager de la boulangerie. «Malgré l’automatisation, la recette est restée la même, ce qui est très important pour l’aspect «fait maison» des produits.» Un robot ABB injecte maintenant le glaçage pour réaliser les yeux, le nez et le nombril sur chaque bonhomme en pain d’épices. «Avant de déménager sur notre site actuel de Brompton, nous produisions chaque jour entre 5'000 et 6'000 Gingerbread Babies», nous dit Perrymann. «Grâce à l’utilisation des robots, nous avons pu passer notre capacité à 15'000 par jour.»

Ainsi, quatre touches de glaçage sont injectées sur les 15'000 bonshommes en pain d’épices, ce qui fait au total 60'000 touches par jour. Ce même travail fait manuellement serait une mission gigantesque. Selon Perrymann, il lui faudrait une équipe nombreuse et beaucoup plus de place, comparé à une cellule robotisée. Pour passer à l’automatisation, le spécialiste australien de l’intégration SAGE a fait une étude qui comprenait une cellule de travail compact et souple avec le robot d’ABB IRB 140. Le robot est équipé d’un système de détection qui lui permet de déterminer l’emplacement et l'orientation de chacun des 120 pains d’épices par plaque de cuisson. Sur la base de ces informations, le robot positionne un pistolet de dosage qui décore en seulement 3 minutes tous les pains d’épices d’une plaque de cuisson. C’est un bon exemple pour montrer que l’utilisation d’un robot pour des travaux simples, jusqu’ici réalisés à la main, peut apporter des solutions intéressantes pour des petites et moyennes entreprises, tant sur le plan technique que financier. «Nous avons pu tripler notre capacité globale car le robot s’intègre dans nos technologies existantes. Nous avons ainsi accéléré tout notre processus de production», explique Perrymann. «Cette capacité supplémentaire nous a ouvert un marché national plus étendu avec une possibilité d’expansion sur les marchés étrangers. De plus, avec une production plus élevée, nous économisons encore plus d’énergie. Notre installation est à présent suffisamment souple pour y intégrer les futurs produits de notre boulangerie ». Le propriétaire et manager a une vision ambitieuse pour son entreprise, et la production est augmentée en conséquence. «À mon avis, nos Gingerbread Babies pourraient devenir des objets cultes, comme les yoyos.» <<

(ID:27839870)