De nouvelles machines pour plus de flexibilité

| Rédacteur: Jean-René Gonthier

Vue d’ensemble de l’atelier de sous-traitance Liengme. (Image MSM/JR Gonthier)
Galerie: 15 photos
Vue d’ensemble de l’atelier de sous-traitance Liengme. (Image MSM/JR Gonthier)

>> Liengme SA, situé à la Chaux-de-Fonds, au cœur de la «Watch Valley» et berceau de l’industrie horlogère helvétique, est une entreprise spécialisée dans le décolletage de haute précision. Suite à une demande accrue, sa direction a décidé de doper son outil de production pour satisfaire à des demandes plus larges en matière de travaux de sous-traitance.

En effet, cette société produit et fournit des composants ainsi que des sous-ensembles dans le domaine de l’horlogerie haut de gamme, l’industrie et la bijouterie. Depuis 2006, Liengme SA fait partie du groupe Arseus. Forte de ses 50 ans d’expérience, la société Liengme SA a acquis un véritable savoir faire dans la réalisation des pièces de grande précision. Des plus simples aux plus complexes, elle usine les pièces en petites, moyennes et grandes séries. Outre le décolletage, Liengme SA offre également des opérations complémentaires telles que le fraisage, le taillage, le brochage, le polissage et l’assemblage de haute précision. De plus, l'entreprise dispose d’un parc de machines modernes qui permet d’usiner des pièces allant de 0.50 à 51 mm de diamètre dans des matériaux aussi divers que les métaux précieux, le titane, l’acier, le maillechort, le bronze, le laiton, l'aluminium, et les matières synthétiques.

Liengme fait partie d’un groupe imposant

En effet Hader, qui possède la totalité des actions de Liengme, est actif en qualité de sous-traitant pour les OEM, ceci dans le monde entier. C’est un fournisseur de solutions techniques axés sur les besoins du client. Hader propose notamment des instruments chirurgicaux pour installer des implants orthopédiques et dentaires. Ce sont des dispositifs dotés d’un limiteur de couple sans graisse réalisé en métal et en peek. Mais revenons à l’entreprise Liengme, c’est un sous-traitant horloger réalisant notamment des tambour de barillet, des composants de l’intérieur de la montre, visserie, outillage pour horloger, mais aussi des composants pour sous-ensemble de micromoteurs et des maillons pour bracelets. Liengme s’est déjà présenté à de multiples reprises lors de salons en Suisse, notamment à l’EPHJ. L’entreprise Liengme compte en tout 25 personnes, elle appartient au groupe belge Arseus, listé au Euronext. A ses côtés se trouve la firme Hader avec 75 personnes.

Le groupe, dans son ensemble, actif dans les techniques médicales et dentaire a une croissance comprise entre 8 et 15%. La firme Liengme, essentiellement présente dans la sous-traitance réalise en interne 10% de son chiffre d’affaires au sein du groupe et les 90% restant pour des tiers étrangers au groupe, et parmi ceux-ci 40% dans le secteur horloger et 60% dans le reste, dont l’un des secteurs clés est la fabrication de micromoteurs. Ce sont là des composants pour les véhicules et l’aviation. Dans l’entreprise une personne s’occupe de la logistique, une autre est active dans l’administration, pour l’introduction des commandes et le reste du personnel est actif dans la production. Liengme a de la peine à gérer l’importante croissance de ce dernier secteur (environ 100 % de croissance) notamment du à la prime à la casse des véhicules qui a dopé la fabrication de micromoteurs.

Besoin de nouvelles capacités

Etant donné cette croissance, il fallait doper l’atelier de production. Pour ce faire un investissement dans une nouvelle machine-outils devait être consenti…

MSM: Lors de la décision d’achat quelle était la typologie de pièces à réaliser?

Pour compléter ce thème
 
Newemag AG

Olivier-François Zaugg, CEO de Liengme: Le défi de Liengme était d’usiner à la fois du petit et du grand allant d’un diamètre de 0,1 mm à 51 mm. Et également de pouvoir assurer des productions de grandes séries allant de 10 000 à 20 000 pièces. Dans le cas particulier de la fourniture horlogère on livre typiquement une centaine de pièces par mois, il s’agit de petites fournitures horlogères, presque à payer au poids! Le parc de machine est déjà composé de tours automatiques Miyano à poupée fixe. Afin de rester efficace il a été choisi de continuer dans cette voie en «standardisant» le parc de machines. De plus en travaillant avec Newemag, le même niveau de service qu’auparavant est assuré. Pour cette entreprise de sous-traitance il s’agit d’avoir une grande qualité de service, un délai de réaction excellent, c’est-à-dire lorsque l’on téléphone le soir, le lendemain matin une présence sur place à l’atelier est assurée, c’est l’idéal pour assurer un dépannage rapide et efficace.

Selon Fernand Comte, vendeur au service de Newemag: Le système central d’intervention permet de savoir si la panne est importante si l’on peut continuer à travailler avec la machine mais par exemple à plus faible vitesse… en attendant la réparation ou si l’on peut se permettre d’attendre. Dans un premier temps on tente aussi de trouver une solution immédiate par une aide par téléphone ou sinon une commande de pièce détachée est réalisée directement auprès du centre de logistique européen ou au pire directement auprès du fabricant, au Japon dans le cas de Miyano.

O.-F. Zaugg: Il est vrai qu’au départ nous avons aussi évoqué l’idée d’acheter une occasion, notamment lorsqu’il s’agissait encore d’une entreprise familiale. Mais désormais nous appartenons à un groupe important et nous achetons des machines neuves. D’ailleurs au moment de l’achat le débloquement de crédit n’avait pas encore été fait au niveau de la direction du groupe et nous avons, grâce aussi à l’appui de Newemag, pû envisager un achat en leasing.

MSM: Quel est votre réserve de travail?

O.-F. Zaugg: Notre taux d’occupation est de l’ordre de 100 à 110 %. Dans le domaine de la sous-traitance notre réserve de travail varie entre 1 et 3 mois et au plus fort de la crise ce n’était qu’un seul jour.

MSM: Avez-vous des projets d’avenir?

O.-F. Zaugg: Plus de grands projets, nous avions à l’époque prévu de construire un nouveau bâtiment pour mettre les entreprises Liengme et Hader sous le même toit, mais ceci n’est plus à l’ordre du jour.

MSM: Liengme est-elle une entreprise formatrice?

O.-F. Zaugg: Oui mais dans une modeste mesure puisque nous avons en formation un apprenti polymécanicien / en option décolletage / fraisage

MSM: Quels sont les atouts essentiels de Newemag?

F. Comte: Les machines Miyano sont dédiées aux ateliers de décolletage pour travaux en barres, aux ateliers de moyennes productions de pièces, et pour l’usinage de matériaux ferreux et non ferreux ou matières précieuses. Il y a des grands marchés porteurs tel que marché de l’automobile, le secteur de la connectique, le médical et le dentaire, mais aussi l’usinage de pièce pour l’horlogerie. <<

Ajouter un commentaire

copyright

Cette contribution est protégée par le droit d'auteur. Vous voulez l'utiliser pour vos besoins ? Contactez-nous via: support.vogel.de/ (ID: 29687630 / Sous-traitance)