Rechercher

Perturbation des marchés liée aux incertitudes sanitaires

Crise, opacité et conditions de résilience pour l’industrie

Page: 2/2

Entreprises liées

Des défis inopinés pour l’industrie

La propagation de la pandémie a imposé de nouveaux défis aux entreprises industrielles qui engendrent une reconfiguration immédiate de l’équation des enjeux. Directement interrogées dans la phase de déconfinement et de reprise partielle des activités, les entreprises industrielles font état de nouvelles priorités imposées brutalement par la dégradation de la conjoncture consécutive à la pandémie.

La gestion des impératifs prophylactiques, l’application de mesures de protection des employés et le respect des précautions sanitaires adaptées sont intériorisés par les entreprises mais demandent une attention constante qui devra se déployer dans la durée.

Galerie d'images

Incontestablement, la préservation des liquidités dans le moyen terme s’impose comme la première nécessité pour l’ensemble des entreprises. Les liquidités sont mises sous pression par le blocage récent de l’économie, sont menacées durablement par l’installation d’une crise, et sont depuis trois mois rognées par des charges fixes incompressibles. Leur érosion met directement en danger les entreprises et la période de vacances s’annonçant accentuera lourdement ces effets. L’allongement du chômage partiel à 18 mois est ainsi une action minimaliste pour aider une majorité d’entreprises à passer l’écueil, mais il est évident qu’il n’y suffira pas. Des réglages fins doivent être évalués pour éviter des lésions irréversibles dans le long terme. Par exemple, le maintien des activités de développement de projets et de R&D est capital pour sauvegarder la capacité d’innovation de l’économie suisse, mais les conditions actuelles le rendent non finançable pour de nombreux cas. Une solution pragmatique pourrait être trouvée via l’utilisation des RHT en autorisant les équipes de développement à travailler tout en touchant les indemnités.

La préservation de l’emploi et la protection des capacités de production s’ajoutent comme nécessités incontournables des prochains mois, mais demeurent inféodées à la reprise de l’économie globale dans son ensemble, notamment sur le plan de la consommation privée. Un faisceau d’indices liés à la nature des défis identifiés par les entreprises souligne de fait le rôle prépondérant joué par l’effondrement de la demande mondiale. Cet aspect impacte l’essentiel des activités globales de production et ne sont pas propres à l’industrie régionale ou à la Suisse. « Moins que les entraves domestiques, le confinement ou les difficultés à maintenir des activités pour des raisons sanitaires, c’est plutôt la congestion de l’économie mondiale qui prolonge ses conséquences en amont dans les chaînes de valeur, comme celles de l’industrie de la précision. La faiblesse de la consommation privée mondiale a par exemple une influence directe sur l’horlogerie ou l’automobile qui impactent tout l’écosystème de production » » résume Patrick Linder, directeur de la CEP. MSM

(ID:46688270)