Rechercher

3 coups de canon à Moutier Coup d’envoi réussi pour cette 14e édition du SIAMS

| Rédacteur: Gilles Bordet

>> Alors que les premiers visiteurs arpentaient les allées du salon avait lieu l’inauguration officielle de cette 14e édition avec le traditionnel coupé de ruban. Francis Koller, directeur du salon, accompagné d’officiels et de décideurs ont usés du ciseau pour symboliquement lancer l’ouverture de cette cuvée 2014.

Entreprises liées

L'ouverture de cette 14ème édition du SIAMS de Moutier par les officiels.
L'ouverture de cette 14ème édition du SIAMS de Moutier par les officiels.
(Image: MSM)

Après la visite de plusieurs stands, tous des acteurs régionaux, c’est au forum SIAMS qu’a eu lieu la réception officielle et les discours de circonstances. Premier à prendre la parole, Francis Koller, après les remerciements d’usages a exprimé sa satisfaction sur l’évolution du salon. En effet une étude de satisfaction indépendante a révélé qu’autant du côté des exposants que de celui des visiteurs les objectifs étaient plus qu’atteints. Il est ressorti de cette étude que les exposants sont très satisfaits de la « qualité » des visiteurs, ce qui prouve bien la véracité des choix fait par Faji SA (organisateurs du salon) pour offrir au SIAMS un statut de leader régional au service de l’industrie. Sa convivialité, ses infrastructures ou encore sa localisation au cœur de l’Arc jurassien sont-elles aussi très appréciées des visiteurs comme des exposants, l’attachement des uns et des autres à ce salon est presque sentimental, comme un bon ami que l’on reverrait une fois tous les 2 ans.

Que de compliments!

Maxime Zuber, maire de Moutier, Pierre-André Bühler, membre de la direction générale de Swatch Group, Andreas Rickenbacher, directeur de l'économie publique du canton de Berne et Lionel Baud, ‎président de BAUD Industries / président syndicat national du décolletage ont pris la parole à la suite de Francis Koller. Sans rentrer dans les détails plusieurs choses très intéressantes sont ressorties de ces interventions à commencer par l’obligation pour l’industrie régionale de se fédérer pour rester compétitive avec pour exemple donné par Pierre-André Bühler, la dernière-née de la grande famille Swatch, la Sistem51 dont le mouvement est entièrement assemblé de manière automatisé et qui est le fruit d’un travail collectif entre plusieurs PME régionales. Pour sa part, le Maire de Moutier Maxime Zuber a répété son admiration pour les industriels qui ont fait de Moutier le «centre du monde de la microtechnique» selon son expression et de terminer par : «Nous autres politiciens avons sans doute plus de leçons à apprendre qu’à donner». Quant à Andreas Rickenbacher il était très fier de l’évolution et des retombées générées par le SIAMS qui prouve bien que l’Arc Jurassien reste le centre névralgique de la microtechnique. Cette matinée d’inauguration s’est terminée par l’intervention de Lionel Baud qui a insisté sur la révolution industrielle horlogère en cours qui marque une évolution totale et globale, un véritable changement de cap. Selon les spécialistes et autres analystes la 4ème révolution industrielle devrait arrivée à maturité d’ici 2020.

Galerie d'images
Galerie d'images avec 22 images

L'homme libéré des basses besognes

Après la 1ère marquée du sceau de la vapeur, la seconde qui vit naître la production et la distribution de l’électricité, la 3e qui porta haut l’électronique voici poindre la 4e révolution, celle du numérique. Cette technologie est déjà présente sur le marché depuis un bon moment mais la fondamentale qui va évoluer de manière spectaculaire ses prochaines décennies est la capacité des machines-outils à se passer de toutes interventions humaines. En effet un projet avant-gardiste impliquant le Centre technique de l’industrie et du décolletage de Cluses (France, Haute-Savoie) ainsi que plusieurs sociétés dont certaines en Suisse, vise à créer une forme d’I.A (intelligence artificielle) qui serait à même de rendre les machines presque entièrement autonomes. Imaginez : prise d’outils et de références, correction des offsets mais aussi choix de changer l’outil à cause d’une usure prématurée et contrôle dimensionnel tout cela de manière automatique et de façon autonome. Et l’homme dans tout ça ? Et bien comme cela devient la norme en Suisse et dans les pays fortement industrialisés les compétences des ouvriers qualifiés sont tirées vers le haut, de nouveaux métiers sont crées mais bien-sûr cela passera par des postes qui ne seront plus jamais repourvu à l’avenir et surement aussi des suppressions pour les entreprises qui n’auront pas réussi à prendre le tournant suffisamment tôt. Il ne faut pas se voiler la face, la mécanique de papa et de grand-papa est malheureusement bel et bien terminée et si nous voulons conserver notre avance et continuer à innover il nous faudra absolument passer par là. Mais à quelque part cette évolution est naturelle car la quasi-totalité des processus de fabrications automatisés utilisés actuellement sont supérieurs à l’humain dans presque tous les domaines, productivité, précision, répétabilité, pénibilité. Il n’y a que l’imprévu que le robot ne peut pas encore gérer de manière autonome mais plus pour longtemps.

Le salon en quelques chiffres

Pour terminer le SIAMS 2014 c’est : 450 exposants dont 150 de Suisse alémanique qui occupent 7650 mètres carrés au Forum de l’Arc de Moutier et quant aux visiteurs il faudra attendre la fin du salon pour savoir si cette édition battra celle de 2012 qui a vu défiler au cours de la semaine 15'000 visiteurs. <<

(ID:42681267)