Rechercher

Projet communautaire au service des entreprises de l'Arc jurassien COMAC 4.0 : pour doper les innovations de l'Arc

| Auteur / Rédacteur: Propos recueillis par Jean-René Gonthier / Jean-René Gonthier

L'objectif de cette initiative est d'améliorer l’efficacité des processus de production grâce à une meilleure Interconnexion des machines et analyse des données collectées,... afin de mieux comprendre les processus en cours et de les visualiser correctement.

Entreprises liées

A la recherche de l'innovation avec l'ARCM et visite d’une usine 4.0 de Bosch à Rodez.
A la recherche de l'innovation avec l'ARCM et visite d’une usine 4.0 de Bosch à Rodez.
(Source : ARCM)

Ce projet dont l'acronyme COMAC 4,0 signifie tout simplement COnnexion des MAChines 4.0 vise à connecter les machines des divers fabricants de moyens de production, prioritairement de la région de l’Arc jurassien, afin d’obtenir une vision complète de l’efficience de la production. Les machines cibles seront équipées d’un système cyber-physique (CPS) qui collectera les données pour les communiquer via une interface applicative, afin de visualiser des indicateurs de performance (KPI) en temps réel. Cela permettra de superviser et d’accéder en temps réel aux indicateurs de l’état de la production et du rendement des machines et de toute la chaine de production.

Un projet communautaire géré par l'ARCM

Ce projet est proposé aux membres ARCM qui bénéficieront des synergies de la communauté. Des entreprises régionales, notamment les fabricants de machines, ont toutes des besoins de connectivité similaires. Pour obtenir les meilleurs résultats aux moindres coûts, et les plus rapidement acceptés par les clients, collaborer ensemble pour la définition des besoins est le plus sensé. De plus, les frais de ce projet seront divisés par le nombre de participants, en réduisant d’autant leurs investissements initiaux.

Galerie d'images

ARCM est l’initiateur du projet et propose de gérer le projet avec les différents partenaires. En étant une association neutre à but non lucratif, ARCM est dans une position idéale pour gérer les relations entre participants. Le travail d’ARCM sera facturé selon le travail effectué dans un cadre défini à l’avance.

Participants, et sociétés ciblées

Les principaux bénéficiaires de ce projet sont les fabricants de machines de la région, ainsi que les utilisateurs et les sous-traitants de ces machines. ARCM propose d’intégrer la plupart des fabricants de machines de la région (entre 5-10) pour cofinancer le projet. De plus, nous inviterons quelques utilisateurs et sous-traitants de ces machines afin de contribuer à la spécification du cahier des charges et s’il existe un intérêt de leur part, à implémenter la solution développée.

Phases et délais

Le projet est divisé en 3 phases  (la gestion du projet est sous la responsabilité d’ARCM):

Faisabilité (6 mois)

  • Étude de l’art/benchmark (Capteurs et Logiciels connectivité et monitoring)
  • État des lieux des différentes machines
  • Définir des solutions (choix du CPS et option cloud/privée)

Implémentation pilote (12 mois)

  • Réalisation logiciel
  • Mise en place d’une version pilote
  • Implémentation sur le parc de machines pilote

Validation et valorisation (3 mois)

  • Validation pilote
  • transfert de la solution auprès les clients finaux

Financement

La phase faisabilité est budgétée à 80'000.- Francs, la part pouvant varier selon le nombre de participants, en supposant 8 partenaires, cela revient à 10'000 Frs par participant.

Les phases d’implémentation et de validation sont budgétées à 320'000 Francs, en supposant 8 partenaires, cela revient à 40'000 Francs par participant.

Comment participer ?

Le projet sera diffusé auprès des actuels membres ARCM et auprès d’entreprises susceptibles de devenir membres s’ils souhaitent souscrire au projet.

Une première déclaration d’intérêt sera transmise par email à bernat.palou@arcm.ch (en détaillant la motivation)

A réception des déclarations d’intérêt, ARCM invitera tous les intéressés pour une première séance. Durant cette séance kick-off, l’équipe de projet sera présentée, le contenu et le financement seront validés et le projet commencera sans plus tarder.

Quelques question à Monsieur Bernat Palou, directeur de l'ARCM pour en savoir plus sur cette association ainsi que ce projet.

MSM : Pourquoi ce changement de nom soit de passer de TT-Novatech à ARCM ?

Bernat Palou : TT-Novatech se transforme en ARCM pour 2 raisons :

• La première est de répondre à un besoin de l’industrie des moyens de production microtechniques (très ancrée dans la région de l’arc jurassien). Ces PMEs supportent aujourd’hui une concurrence internationale très forte et doivent répondre avec des innovations pour garder leur compétitivité. Se fédérer ensemble pour améliorer le savoir-faire, et surtout de développer et mettre en place des nouvelles technologies et services (notamment autour de l’industrie 4.0) permettrait à ces acteurs et toute la région de se bénéficier.

 • La deuxième raison est de laisser le rôle de « transfert technologique » de l’HE-Arc uniquement à l’école HE-Arc. TT-Novatech a fait cette mission depuis sa création en 1998, mais après la restructuration de la HES-SO, sa nouvelle mission inclue les mandats industriels de transfert technologique. Après l’arrivé de Philippe Grize à la tête de l’HE-Arc ingénierie et au même temps l’arrivé de François Roquier comme président de TT-Novatech, l’association a décidé de céder ce rôle « en concurrence de l’école ces derniers temps » entièrement à l’école pour ce centrer 100% à sa nouvelle mission : mettre en relation les partenaires des moyens de production microtechniques et faciliter les projets collaboratifs entre eux. ARCM est donc entièrement indépendant et neutre.

MSM : Qui se cache derrière l’ARCM ou en d’autres termes à qui profite cette association ?

Bernat Palou : ARCM profite à ces membres, déjà une trentaine depuis sa création en 2017, la plupart des industriels de la région.

MSM : Qui définit les objectifs de l’ARCM ?

Bernat Palou : ARCM, comme toute autre association, est soumisse à l’Assemblée Générale de ses membres qui peuvent décider l’avenir de l’association. Vous trouverez ci-joint la liste des membres au 22 mars, date du dernier comité pour approuver les demandes. Le suivant comité a lieu le 8 juin. ARCM a un comité de direction, aujourd’hui formé par les suivants partenaires (Kummer frères, Willemin-Macodel, Rollomatic, HE-Arc, Commune de St Imier et Moutier), qui gère les objectifs stratégiques. Son directeur, Bernat Palou, lui gère la partie opérationnelle.

MSM : Pourquoi avoir choisi le projet COMAC 4.0 ? Quels sont les initiants ?

Bernat Palou : COMAC 4.0 est sans doute un projet porteur, d’actualité et ambitieux. Ce sont plusieurs personnes qui nous ont partagé leurs doutes concernant l’exploitation des données des machines, en sachant que la plupart des industriels n’ont pas de savoir-faire dans ce domaine. Pour cela, nous proposons ce premier projet, et nous avons contacté 2 responsables informatiques de l’HE-Arc pour nous soutenir avec les discussions techniques. Cependant, nous sommes ouverts à d’autres écoles (notamment il y a aussi l’intérêt de l’HES Fribourg) et aussi des industriels (nos membres et des sociétés comme Stemys) pour lancer le projet avec garanties.

MSM : Faites vous évoluer le projet au fur et à mesure des intérêts de vos membres ?

Bernat Palou : Nous proposons et gérons les projets pour les intérêt de nos membres, et surtout pour ceux qui participent activement aux projets. Pour cela, nous organisons une première rencontre à mode d’évaluer les besoins concrets de chaque un, de définir les objectifs et le périmètre du projet, et le rôle de chaque un. Cette première rencontre est important pour le bon déroulement du projet, et pour le projet COMAC cette-la a lieu le 8 juin. Nous aurons environ 10 partenaires. ARCM veillera à bien gérer le projet en organisant des suivis périodiques dans lesquels tous les participants au projet seront invités ou informés.  

MSM : Quels sont les prochaines événements ou visites d’entreprises que vous avez prévus ?

Bernat Palou : Nous voulons nous focaliser avec ce premier projet COMAC 4.0, mais nous discutons déjà les prochains événements, après les vacances d’été. Nous aimerions organiser une conférence autour l’impression 3D et l’intégration avec l’usinage, surtout dans le domaine médicale. Nous aimerions aussi faire un suivi de notre action « industrie 4.0 » en organisant une demie journée d’atelier avec les fournisseurs de solutions « 4.0 » le plus réputés, ainsi qu’une suivi du projet Micro5. Nous restons toujours ouvert à d’autres suggestions de nos membres pour répondre à leurs besoins. MSM

(ID:44755745)