Le spécialiste du rétrofit donne à d'anciennes rectifieuses Hauser des caractéristiques modernes

Anciennes rectifieuses remises au goût du jour

| Auteur / Rédacteur: Fanuc / Jérémy Gonthier

Arnaud Zimmermann (à gauche), Directeur Général de Pomtava, se réjouit avec Roland Haslebacher du rétrofit réussi de ses Hauser S35 et S40.
Arnaud Zimmermann (à gauche), Directeur Général de Pomtava, se réjouit avec Roland Haslebacher du rétrofit réussi de ses Hauser S35 et S40. (Source : Fanuc Suisse)

Lorsque les alésages et contours doivent être précis au µm près, les rectifieuses par coordonnées sont le meilleur choix. Mais les machines haute précision neuves ont un coût. L'une des alternatives possibles est la modernisation des anciennes machines, dont la précision mécanique est souvent encore au rendez-vous.

La rectifieuse par coordonnées s'inscrit dans un marché de niche, au vu des exigences en matière de précision auxquelles elle répond. Elle est utile pour des produits très particuliers qui nécessitent des alésages ou des moulages avec une finition de surface de grande qualité et dont la tolérance est d'à peine quelques µm. Les rectifieuses par coordonnées sont donc en première ligne pour les façonnages les plus exigeants dans la construction d'outils de coupe et de moules, de composants très précis pour les appareils optiques ou de composants mécaniques de précision. Par conséquent, ces machines sont fabriquées en petites quantités, ce qui, combiné avec les hautes exigences de précision, fait monter considérablement leur prix.

Pour réaliser des économies, on peut donc envisager la modernisation d'un modèle plus ancien de machine, comme le propose Roland Haslebacher. Ce technicien de construction de machines a créé sa propre entreprise il y a plus de 20 ans : la IHR Elektronik AG/SA, aujourd'hui située à Lajoux, dans le Jura suisse. Au départ, le principal de son activité concernait l'automatisation et les techniques de manutention, les systèmes de charge et décharge des machines, et la mesure de composants. Mais depuis 2006, la modernisation d'anciennes machines-outils a gagné en importance dans son activité. Roland Haslebacher se souvient : « Ma première commande de retrofit a concerné une machine Oerlikon que j'ai améliorée à l'aide de composants Fanuc, pour qu'elle soit à la pointe de la technique électrique et de contrôle. » Un tour VDF a suivi, puis dès 2007 la première rectifieuse par coordonnées Hauser.

copyright

Ce texte est protégé par les droits d'auteur. Si vous désirez l'utiliser pour des besoins personnels veuillez consulter les conditions suivantes sur www.mycontentfactory.de (ID: 44996651 / Machines-outils)