Urs Albert Ingold, propriétaire de StarlingExpo SA dévoile ses secrets « QBase 4.0 industrie connectée » de quoi s'agit-il ?

Rédacteur: Jérémy Gonthier

Depuis plus de 30 ans, Urs Albert Ingold organise des foires techniques, en Suisse et à l'étranger. L'un de ses premiers projets en tant que directeur de foire a été le salon INTOOLEX, qu'il a accompagné et développé à partir du milieu des années 80.

Entreprises liées

Urs Albert Ingold, propriétaire de StarlingExpo SA, 8820 Wädenswil sur le lac de Zurich.
Urs Albert Ingold, propriétaire de StarlingExpo SA, 8820 Wädenswil sur le lac de Zurich.
(Source : StarlingExpo SA)

MSM : M. Ingold, qui êtes-vous ?

Urs A. Ingold : Un organisateur de foire, de bout en bout. Nous avons développé l'ancien INTOOLEX avec les exposants insatisfaits de l'ancien FAWEM. Les fournisseurs d'outils ne voulaient plus être dans l'ombre des machines et nous ont demandé de concevoir leur propre événement pour eux, ce que nous étions bien sûr heureux de faire. En outre, au fil des années, j'ai été responsable de nombreux thèmes de foire tels que l'automatisation, la robotique, la technique de mesure, la médecine, la sécurité, etc. Pendant près de 20 ans, j'ai été directeur général de Reed Exhibitions, l'un des plus grands organisateurs de salons privés au monde, avec un chiffre d'affaires de plus de CHF 1,5 milliard. Pendant de nombreuses années, j'ai également été responsable de l'ensemble du marché allemand. De plus, Reed a toujours appliqué la règle « industry Manager ». Ceux qui connaissaient particulièrement bien un secteur d'activité devraient également organiser le salon dans d'autres pays cibles. C'est ainsi que mes activités de foire m'ont conduit encore et encore vers d'autres pays comme la Chine, l'Inde ou la Russie, pour n'en citer que quelques-uns.

MSM : L'INTOOLEX que vous avez mentionné n'existe plus depuis quelques années. Pourquoi ?

Urs A. Ingold : C'est exact. Les foires commerciales représentent les dernières technologies et l'économie. L'idée originale d'une plate-forme pour les outils était sans aucun doute bonne et a fonctionné jusqu'à la fin des années 1990. Cependant, les besoins des visiteurs avaient changé et il est devenu clair pour nous tous que nous devions fusionner les outils avec notre salon professionnel pour la technologie de mesure de la production et l'assurance qualité avec FAWEM pour former un nouvel ensemble. Suite à des discussions avec la Foire de Bâle (aujourd'hui MCH Group), nous avons pu reprendre FAWEM et créer un nouveau salon à partir de ce triumvirat de salons qui répond aux besoins des visiteurs. PRODEX, qui se tient à Bâle depuis 2002.

MSM: Vous avez travaillé pour Reed Exhibitions. Cependant, l'organisateur de PRODEX est Exhibit & More AG. Pourquoi ?

Urs A. Ingold : J'ai pu acquérir la société suisse de Reed Exhibitions dans le cadre d'un management buy-out, mais j'ai bien sûr dû renommer la société. Exhibit & More me semblait être un nom approprié à l'époque.

MSM: Ces dernières années, cependant, d'autres personnes se sont vu confier l'organisation de la foire.

Urs A. Ingold : Depuis les années 90, j'avais déjà engagé un directeur de foire pour chaque foire. Dans le cas de PRODEX, il s'agit d'Iris Sorgalla depuis la création de la foire. En outre, j'ai vendu Exhibit & More AG à MCH Group en 2010 et j'ai quitté l'entreprise peu de temps après.

MSM: Qu'avez-vous fait alors ?

Urs A. Ingold : J'ai eu l'idée de développer un salon et congrès dans le domaine de l'agroalimentaire et de l'emballage et de l'implanter en Afrique de l'Est. Pour l'événement FPPE-Food Processing & Packaging Exposyum, nous pourrions gagner la FAO (Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture) à Rome en tant que partenaire du congrès. Nous avons réalisé le FPPE à plusieurs reprises. L'événement a été un succès, mais n'a malheureusement pas répondu aux attentes financières. Messe Düsseldorf a pris le relais et j'ai démonté mes tentes en Afrique de l'Est.

MSM: Vous planifiez une nouvelle foire commerciale sous le titre QBase 4.0 - industrie connectée. De quoi s'agit-il?

Urs A. Ingold : Eh bien, comme son nom l'indique, pour passer à l'étape suivante de la fabrication. L'industrie connectée. L'accent est mis sur les thèmes des machines-outils, des outils et de la métrologie de production, mais complété par les thèmes de la fabrication d'additifs/prototypage rapide, l'automatisation, concentrée sur les robots collaboratifs, la technologie de production, le grand thème de la gestion de grandes données avec tous ses aspects tels que IOS, c'est-à-dire Internet of Services, et les systèmes ERP sélectifs, Enterprise Resource Planning.

MSM : Une concurrence directe à PRODEX ?

Urs A. Ingold : Plutôt une alternative. Thématiquement, QBase 4.0 va beaucoup plus loin. Il commence par l'acceptation de la commande, cartographie la production en tant que processus de production en réseau et se termine par la livraison au client.

QBase 4.0 utilise également un format de foire commerciale complètement différent. Les stands d'exposition de 200, 300 ou même 400 m2 de surface au sol appartiennent au passé. La technologie est une fois de plus au premier plan et non la taille d'une entreprise. L'objectif est de refaire de la foire une activité marketing, loin d'un investissement douloureux. Le coût par contact doit revenir à un niveau raisonnable.

MSM : Pourquoi choisir un tel concept/format ?

Urs A. Ingold : Parce qu'il est grand temps. Le comportement des visiteurs a considérablement changé au fil des ans. Alors qu'il y a 25 ans, la durée moyenne des visites se situait entre 11 et 13 heures, elle est aujourd'hui tombée à 2 ½ heures. Pourquoi? L’internet a apporté le plus grand changement. Il y a 25 ans, les foires commerciales étaient la seule plate-forme de transfert de connaissances (en plus des revues spécialisées) qui présentaient l'état de l'art tous les ans ou tous les deux ans, mais aujourd'hui l'information est omniprésente. L'acheteur potentiel est informé quotidiennement et doit décider ce qu'il peut croire ou qui il peut croire. Pour cela, il a besoin d'un forum de contact personnel. Aujourd'hui, les foires commerciales sont un lieu de rencontre pour le réseautage et un lieu où l'on peut prendre des rendez-vous pour des discussions ciblées.

Le salon d'aujourd'hui doit tenir compte de ce changement. Le visiteur a peu de temps et veut être informé rapidement et de manière concise. Il ne prend pas de décisions en passant et dispose de nombreuses sources d'information différentes avec lesquelles il peut traiter. Il ne visite pas le salon pour avoir un aperçu général, parce qu'il sait ce qu'il veut. Les visiteurs se concentrent sur la technologie, les possibilités et les coûts. Les visiteurs s'attendent à trouver une gamme complète de produits sur leur salon.

Et c'est exactement ce qu'offre QBase 4.0 - Salon professionnel pour l'industrie connectée. Cartographie de l'ensemble de la chaîne de processus, avec beaucoup moins d'efforts financiers et personnels.

MSM : L'industrie vous soutiendra-t-elle dans ce projet?

Urs A. Ingold : Oui, tout à fait. Je n'ai pas inventé ce concept à partir de rien. Après tant d'années dans cette industrie, j'ai encore des contacts et j'ai entendu dire depuis longtemps qu'ils sont insatisfaits du statu quo. Après avoir découvert qu'aucun changement structurel ne peut être attendu lors d'événements existants, je suis devenu moi-même actif. Entre-temps, j'ai pu me convaincre personnellement de l'exactitude de mon concept dans une cinquantaine de présentations à des exposants potentiels. J'ai aussi beaucoup appris et j'ai progressivement adapté le concept à mes besoins. Je ne pourrai pas non plus rendre 100% heureux, mais au moins 80% sont d'accord avec le concept avec enthousiasme.

MSM: Quand aura lieu la première édition du salon QBase 4.0?

M. Ingold : L'événement QBase 4.0 est prévu en mars 2020. Les deux salons romands SIAMS et EPHJ-EPMT-SMT sont très bien implantés et remplissent parfaitement leur rôle.

Je suis convaincu qu'il n'y a pas besoin d'un salon en Romandie mais bien d'un événement en Suisse alémanique. Dans ce cas, il faut choisir un lieu central et facilement accessible, soit en Suisse orientale ou dans la région du Mittelland/Seeland.

Je planifie cet événement pour l'industrie et non pour moi-même, je vais donc clarifier la question centrale du lieu dans les mois à venir avec les futurs exposants et les associations partenaires.

MSM : Quels sont les autres projets de StarlingExpo et qui les soutient ?

M. Ingold : Depuis que j'ai fermé mon bureau en Afrique de l'Est, je travaille avec des freelances, que j'utilise spécifiquement pour différentes tâches. Par exemple, avec Monsieur Carlo Fachini comme personne de contact en Suisse romande, que certains de vos lecteurs peuvent connaître de Lausannetec. Nous élargissons progressivement l'équipe en fonction de l'évolution de la situation.

Cependant, je ne veux pas revenir à un large portefeuille de foires commerciales. En plus de QBase 4.0, sur laquelle je travaille depuis un an, je travaille également sur un autre sujet qui aura lieu en Suisse mais avec une participation internationale. MSM

(ID:45374599)