Préambule à un nouvel ouvrage titré «La Révolution des Objets» , parution le 20 novembre, aux éditions G d’Encre, Le Locle

Partout et pourtant discret, tel est le défi de l'IoT

| Auteur / Rédacteur: Xavier Comtesse, Florian Nemeti, Giorgio Pauletto et Dominique Duay / Jean-René Gonthier

Dans le transport humain et de fret, un grand potentiel d'automatisation et de commande autonome existe. Un exemple particulier est la supervision des camions avant l'entrée dans un tunnel routier afin de prévenir tout accident à l'intérieur.
Galerie: 4 photos
Dans le transport humain et de fret, un grand potentiel d'automatisation et de commande autonome existe. Un exemple particulier est la supervision des camions avant l'entrée dans un tunnel routier afin de prévenir tout accident à l'intérieur. (Source : Sick)

Si l'Internet des Objets a beaucoup fait parler de lui, il ne semble pas faire vraiment partie de notre quotidien. Et pourtant cet Internet des Objets est déjà bien là et son manque de visibilité n’est, pour ainsi dire, qu’apparent…

Mine de rien l'Internet des Objets (IoT en anglais pour Internet of Things) s'est déjà glissé dans beaucoup de situations usuelles. Téléphones portables, véhicules et transport, objets domestiques, bâtiments, bureaux ou maisons résidentielles, quartiers et villes se sont tous vu doter de capteurs, d’émetteurs, de circuits intégrés et de dispositifs de communication comme les puces RFID (Radio Frequence IDentification), les cartes SIM ou eSIM, Wifi, Bluetooth, etc. ; ils ont tous connu un tel mouvement de miniaturisation qu’ils échappent à notre attention.

Xavier Comtesse, Master en Mathématicien, Doctorat en Informatique, journaliste horloger, éditorialiste à l'Agefi et à la Tribune de Genève. Florian Nemeti, directeur de la CNCI, Chambre Neuchâteloise du Commerce et de l'Industrie. Giorgio Pauletto, Expert en prospective, stratégie et innovation aux SIG. Dominique Duay, co fondateur du Swiss Data Forum et Data Entrepreneur chez Trivadis.
Xavier Comtesse, Master en Mathématicien, Doctorat en Informatique, journaliste horloger, éditorialiste à l'Agefi et à la Tribune de Genève. Florian Nemeti, directeur de la CNCI, Chambre Neuchâteloise du Commerce et de l'Industrie. Giorgio Pauletto, Expert en prospective, stratégie et innovation aux SIG. Dominique Duay, co fondateur du Swiss Data Forum et Data Entrepreneur chez Trivadis. (Source : LinkedIn)

Cet article est une introduction à un ouvrage de référence intitulé «La Révolution des Objets» écrit par Xavier Comtesse, Florian Nemeti, Giorgio Pauletto et Dominique Duay. Il paraitra le 20 novembre 2017, aux éditions G d’Encre, Le Locle.

Mais de quoi parle-t-on lorsqu’on parle de l’Internet des Objets ?

Tout simplement d’objets tous potentiellement connectables à Internet.

Cependant il faut entendre ceci de deux façons :

  • Tout d’abord, il s’agit d’objets qui ne se connectent pas forcément à Internet mais entre eux via Bluetooth ou un autre protocole de télécommunication local, c’est le cas par exemple des balances Withings qui affichent sur votre Smartphone votre poids mais aussi votre indice de masse corporelle, votre historique, etc. Ces objets-là bien que souvent non connectés à Internet pourrait l’être sans autre formalité.
  • En second, lieu il s’agit d’objets qui se connectent à l’Internet pour transférer des données qu’ils ont acquises en direct ou en différé. Un capteur météo émettra l’information de température ou de pression qu’il détient. Un véhicule enverra au garage la mise à jour des données sensibles.

Tous les objets n’ont pas vocation à être connectés, mais on peut parier que, très vite, nous ne nous soucierons plus de savoir lesquels le sont vraiment et lesquels ne le sont pas, et ceci pour autant que les services rendus par les nouvelles fonctions seront appréciés par les usagers.

À ne pas douter, la multiplication des capteurs sera considérable.

Dans chaque écosystème, la maison, l’immeuble, le bureau, l’usine, la rue, la ville, etc., ces capteurs seront en mesure de communiquer entre eux directement ou au sein de réseaux «neuronaux locaux» afin d'accomplir des tâches fines au service — en principe — des humains.

Une première approche des concepts

Le terme d'objet désigne ici toutes choses qui nous entourent telles que des appareils ménagers (du réfrigérateur à la chaîne HiFi), des machines, des véhicules, des appareils médicaux, etc. L’expression «objet connecté» désigne en fait toute chose concrète matériellement adressable par le protocole Internet (donc aussi bien sur un réseau local que sur un réseau élargi à l’Internet) qui comprendrait un dispositif électronique agrégeant capteurs, capacité de traitement et fonctions de communication sans fil. L'Internet des objets, c'est donc cet ensemble formé des objets capables de communiquer sans fil localement ou via l’Internet.

Ainsi des objets courants comme la télévision ou l’automobile sont des objets connectés dès lors qu’ils disposent de deux fonctionnalités : des moyens de mesurer des données (capteurs) et un dispositif d'analyse/transmission de celles-ci — puce incluant Wifi, Bluetooth, NFC (Near Field Communication, technologie d’échange de données à très faible distance, quelques centimètres), RFID ou encore une carte SIM pour la communication vers l'Internet. Tous les objets qui nous entourent peuvent ainsi être plus ou moins transformés en objets connectés. Il est important de souligner ici que «connecté» ne veut pas toujours dire être relié obligatoirement à Internet.

Un bon nombre d'objets seront connectés au sein de mini-réseaux locaux sans forcément disposer d’un accès à Internet qui ne leur sera d’aucune utilité pour accomplir la tâche précise qui les concerne. Par exemple, les capteurs de pression des pneus des automobiles produisent une information qui n’intéresse directement que le conducteur et le garagiste.

Au final le nombre d’objets connectés non reliés à l’Internet est potentiellement très important sans qu’on puisse évaluer aujourd’hui la proportion qu’il représentera.

Une équipe de l’ETH de Zurich a évalué à 150 milliards le nombre d’objets connectés à l’horizon 2025. C'est considérable si l'on pense que pour l'instant (2017), il n'y en aurait que 15 milliards à être déjà connectés dont la majorité sont des téléphones mobiles (7 Mia), des voitures (1 Mia) ou encore des téléviseurs (1 Mia).

L’avenir nous le dira... ce qui importe vraiment, c'est l'immense levier de croissance que l'IoT représente pour les entreprises. Ce qu'il faut garder à l'esprit c’est donc cette unique opportunité de croissance que porte avec lui l’IoT.

Contenu de l'article:

Ajouter un commentaire

copyright

Ce texte est protégé par les droits d'auteur. Si vous désirez l'utiliser pour des besoins personnels veuillez consulter les conditions suivantes sur www.mycontentfactory.de (ID: 44799030 / Tendances)